•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Planifier ses vacances, le casse-tête de l'été

Des touristes sont assis sur une plage de galets. À l'arrière-plan, on voit le rocher Percé et un bâtiment patrimonial sur une colline.

La grande majorité des Québécois resteront dans leur province cet été, selon un sondage de CAA-Québec.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

Même si l’été est arrivé, bien des gens n’ont pas encore fixé leurs plans de vacances. Difficile de composer avec l’incertitude liée à la pandémie et avec les restrictions qui changent de jour en jour. Voici quelques pistes pour tenter d’y voir plus clair en ce qui a trait aux déplacements qui seront possibles.

Est-ce que les Canadiens peuvent voyager partout au pays?

Oui, sauf en Atlantique. L’Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador et le Nouveau-Brunswick sont fermées aux touristes. Cependant, à partir du 3 juillet, ces trois provinces constitueront une bulle régionale avec la Nouvelle-Écosse pour permettre à leurs résidents de voyager de l’une à l’autre sans avoir à s’auto-isoler.

La Nouvelle-Écosse, pour sa part, autorise l’entrée des visiteurs, mais leur impose une période d’isolement de 14 jours.

Le Nouveau-Brunswick permet l’entrée aux personnes qui y possèdent une résidence secondaire ou visitent leur famille, mais elles doivent toutefois s’isoler pendant deux semaines.

Les autres Canadiens qui se sont déjà isolés pendant 14 jours à leur arrivée dans une province maritime pourront circuler dans la bulle sans être obligés de s’isoler à nouveau.

Si la bulle régionale fonctionne bien, elle pourrait être élargie aux autres Canadiens à compter du 17 juillet.

Les autres provinces n’interdisent pas l'entrée aux voyageurs, mais il peut y avoir certaines restrictions régionales. En Saskatchewan, par exemple, l’accès aux parcs provinciaux est limité aux résidents de la province.

En ce qui concerne l'accès aux Îles-de-la-Madeleine, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard permettent dorénavant aux touristes en provenance du Québec de traverser leur territoire pour s'y rendre. Ils ne peuvent cependant pas s’y arrêter pour passer la nuit et doivent fournir une série de documents, dont une confirmation de réservation sur le traversier qui part de Souris (Î.P.É.).

Peut-on faire du tourisme au Québec?

Une tente-roulotte.

Le Camping KOA Québec a rouvert ses portes en respectant les nouvelles normes.

Photo : Radio-Canada / Camille Simard

Toutes les barrières régionales ont été levées et les régions sont ouvertes, à l’exception des territoires des Terres-Cries-de-la-Baie-James et du Nunavik. Le camping est dorénavant permis, tout comme la location de chalets.

Découvrir [...] le Québec, c’est du plaisir garanti!, est-il écrit sur le site du gouvernement du Québec, même si, un paragraphe plus loin, on conseille aux gens de limiter leurs déplacements entre les régions ou entre les villes autant que possible.

L’industrie touristique a pourtant bien besoin de visiteurs, estime Marc-Antoine Vachon, titulaire de la chaire de tourisme Transat à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Il a bon espoir que l’afflux de touristes québécois permettra de compenser, du moins en partie, l’absence d’étrangers. Le tiers des vacanciers québécois traversent les lignes habituellement [pour aller aux États-Unis]. Ces gens-là sont des touristes captifs à qui il faut proposer une alternative. Les destinations doivent être réactives et dynamiques pour offrir l’occasion à ces touristes de redécouvrir le Québec et de dépenser ici.

En ce qui concerne les autres Canadiens, les entreprises touristiques québécoises sont prêtes à les accueillir, affirme une porte-parole du ministère du Tourisme. Pour l'instant, cependant, c’est le marché québécois qui est privilégié. La situation pourrait changer selon l’évolution de la pandémie.

Les visiteurs étrangers ont dépensé 3,8 milliards de dollars au Québec en 2018, alors que les Québécois ont dépensé 4,8 milliards de dollars. De plus, les touristes québécois ont dépensé 8,1 milliards à l’étranger, une somme que l’industrie locale espère récupérer, du moins en partie, cet été.

Est-ce qu’il est possible d’aller en Europe?

Pour le moment, l’Union européenne maintient ses frontières fermées aux voyageurs en provenance de l’extérieur.

Le 1er juillet cependant, certaines restrictions pourraient être levées. Les États membres de l’UE sont en train d’élaborer une liste commune de pays répondant à leurs critères en ce qui concerne la situation sanitaire et la réciprocité d’accès. Ils envisagent de permettre l’entrée en Europe aux ressortissants de pays où ils considèrent que la pandémie est maîtrisée.

Le Canada est un des 14 pays qui pourraient faire partie de cette liste, contrairement aux États-Unis, à la Russie, à Israël, à la Turquie et à l'Arabie saoudite.

Marc-Antoine Vachon est sceptique sur les chances du Canada. C’est une question de perception, souligne-t-il, et notre proximité avec les États-Unis [où la pandémie est loin d’être maîtrisée] peut être dommageable.

Des visiteurs sous la tour Eiffel.

Des visiteurs attendant en file la réouverture partielle de la tour Eiffel le 25 juin 2020 à Paris.

Photo : Getty Images / THOMAS SAMSON

Les compagnies aériennes semblent toutefois miser sur une réouverture, notamment Air Transat, qui reprendra certains de ses vols vers l’Europe le 23 juillet.

Nous constatons un intérêt croissant de la part des consommateurs tant pour les vols vers l’Europe cet été que pour les forfaits en formule tout inclus cet été et l’hiver prochain, nous écrit la porte-parole d’Air Transat.

Air France et Air Canada, qui ont maintenu certains de leurs vols vers l’Europe, prévoient d’en augmenter la fréquence au cours des prochaines semaines.

La Grèce a déjà ouvert ses portes sans restriction aux ressortissants de 29 États qu’elle considère comme sûrs. Le Canada n’en fait pas partie, mais les Canadiens peuvent s’y rendre, pourvu qu’ils se soumettent à un test et qu’ils s'isolent pendant 14 jours à leur arrivée.

En ce qui concerne le Portugal, le Canada est sur la liste des pays autorisés, mais seulement si Ottawa applique une mesure de réciprocité pour permettre aux Portugais de venir au pays, ce qui n’a pas encore été fait.

Le gouvernement canadien recommande toujours d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur du pays et impose une quarantaine obligatoire aux Canadiens qui rentrent de l’étranger.

Qu'en est-il ailleurs?

Au Mexique, plusieurs hôtels de la région de Cancún et Puerto Vallarta ont recommencé à accueillir des clients.

Un travailleur nettoie la plage.

Cuba se prépare pour une réouverture graduelle au tourisme international.

Photo : Getty Images / YAMIL LAGE

La République dominicaine, la Jamaïque, Cuba et quelques îles des Caraïbes comptent rouvrir leur secteur touristique à partir du 1er juillet. Il sera possible de visiter ces pays sans avoir à se placer en quarantaine en y arrivant. Il faudra toutefois s’isoler lors du retour au Canada.

Cependant, rappelle Marc-Antoine Vachon, puisque les voyages non essentiels sont déconseillés par le gouvernement, cela a un impact sur les assurances, qui ne seront pas obligées de vous rembourser le cas échéant. Cela veut dire que, si vous avez des soucis, vous devrez vous débrouiller seul et que le Canada ne sera pas tenu de vous rapatrier.

Les étrangers peuvent-ils visiter le Canada?

Actuellement, non. Les voyages non essentiels ne sont toujours pas permis. Seuls les membres de la famille immédiate d’un citoyen canadien ou d’un résident permanent peuvent entrer au Canada, à condition de s’isoler pendant 14 jours.

L’industrie touristique presse cependant le gouvernement d’assouplir ses restrictions et de mieux les cibler. Il est temps de s’inspirer des approches mesurées et sécuritaires adoptées par d’autres pays qui ont amorcé la réouverture de leurs frontières aux pays sûrs, écrivent des représentants de l’industrie regroupés dans la Table ronde canadienne du tourisme. Ils soutiennent que la survie du secteur dépend d’une relance rapide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Voyage

Société