•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application de géolocalisation pour les plaisanciers gagne en popularité

Une application de GPS marin.

L'application Wavve Boating compte maintenant plus de 8000 abonnés, après une recrudescence des téléchargements durant la pandémie de COVID-19.

Photo : Wavve Boating

Une entreprise de Kingston, dans l’Est ontarien, constate un nouvel engouement pour son application de géolocalisation Wavve Boating depuis la réouverture des marinas le mois dernier, notamment en Ontario et au Québec.

Ce GPS marin, qui compte maintenant plus de 8000 usagers au Canada et aux États-Unis, permet aux plaisanciers de se retrouver et de communiquer entre eux en naviguant sur un même plan d’eau.

Depuis que la COVID-19 a frappé, nous voyons vraiment comment notre plateforme peut aider les plaisanciers dans cette nouvelle réalité de distanciation physique.

Adam Allore, fondateur de l'application Wavve Boating

Notre plateforme permet d’amener en ligne les conversations qui auraient lieu normalement à l’embarcation, avec une solution numérique qui leur permet de partager des informations, des emplacements et des photos, affirme le fondateur.

Adam Allore devant des bateaux de plaisance ancrés au quai.

Adam Allore, fondateur et PDG de l'application Wavve Boating

Photo : Adam Allore

L'application payante, disponible pour iOS et Android, est particulièrement sollicitée par les plaisanciers novices, selon le fondateur.

Wavve Boating est un fournisseur autorisé de cartes marines du Service hydrographique du Canada. En fonction des dimensions de votre bateau, l'application vous indique de façon intuitive si la navigation est sécuritaire (zones bleues) et si elle ne l'est pas (zones rouges).

Une application participative

Comme Waze, qui dessert les automobilistes, l’application évolue en colligeant des informations transmises par ses usagers. Les cartes marines permettent de signaler, par exemple, les embarcations, les bons endroits pour aller pêcher et les meilleurs restaurants riverains.

On peut marquer les endroits qui nous intéressent, comme les plages qu’on fréquente. Expliquer à quelqu’un où ça se trouve au téléphone est pratiquement impossible, affirme le résident de Kingston, Grant Goodwin.

Une application de géolocalisation marine.

L'application donne, entre autres, la profondeur des plans d'eau et des points d'intérêt sur ses cartes marines.

Photo : Wavve Boating

Ses amis proches, tous des usagers de l’application, comptent aussi passer plus de temps en bateau cet été en raison de la pandémie, dit-il. M. Goodwin se promène fréquemment sur le fleuve Saint-Laurent autour des Mille-Îles, une région difficile à naviguer pour ceux qui ne s’y connaissent pas, selon lui.

C’est aussi un bon moyen de trouver de nouveaux endroits à découvrir que d’autres gens ont identifié, affirme-t-il.

Expérience limitée dans certaines régions

Mais l’expérience n’est pas aussi riche pour tous les usagers.

Malheureusement, en essayant l’application, on s’est aperçu qu’il n’y a pas de données pour les lacs du Nord, donc c’est quand même limité comme application.

Denis Bérubé, résident de Moonbeam, en Ontario

Pour le lac Rémi, à l'est de Kapuskasing, on voit que les profondeurs sont identifiées mais c’est tout, affirme le récent abonné, qui constate que le nombre restreint d’usagers dans sa région joue négativement sur l’expérience utilisateur.

Michael Hudson de l’île de Vancouver fait le même constat. Il remarque toutefois de nouvelles inscriptions alors que l’été s’installe et que la province entre dans la troisième phase du déconfinement.

J’espère que l’engouement va se déplacer vers la côte ouest parce que ce sera mieux quand il y aura plus d’usagers qui ajouteront plus de données, dit-il.

Un homme sur une planche à pagaie avec un piège à crabes.

Michael Hudson, résident de l'île de Vancouver, se sert de l'application Wavve Boating pour identifier des embarcations et noter où il place ses pièges à crabe.

Photo : Michael Hudson

Le résident de Fairfield, en banlieue de Victoria, se sert régulièrement de l’application pour identifier des embarcations, surveiller la profondeur de l’eau et noter sur sa carte privée où il a déposé ses pièges à crabes.

De son côté, Denis Bérubé voit le potentiel de l'application Wavve Boating pour mousser l’intérêt des visiteurs dans le Nord de l’Ontario. Son regroupement, Les amis du lac Rémi, compte ajouter des points de repères et des avertissements sur l’application, en complément aux bouées qui servent déjà à identifier les rochers dangereux et les zones à vitesse réduite.

C'est un des plus gros lacs dans la région. On a quand même des visiteurs qui viennent régulièrement, dit-il. Je peux voir les bénéfices d'une telle application.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Applications mobiles