•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mouvement s'organise pour dénoncer l'annulation des sports scolaires

Le volleyball collégial se joue avec un ballon Molten dans la plupart des provinces canadiennes alors que le Québec utilise le Mikasa

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Radio-Canada

La suspension de 11 sports scolaires annoncée cette semaine par l'Association sportive interscolaire du Nouveau-Brunswick plonge des intervenants dans l'incertitude et soulève l'indignation. De nombreux commentaires de parents qui se désolent de la situation affluent sur les réseaux sociaux.

Dans une publication qui a été partagée plus d'une centaine de fois, des parents demandent à l'Association de revoir sa décision.

La décision peut sembler sévère à première vue, alors que d'autres activités reprennent leurs cours dans la province.

Les sports scolaires sont sous la responsabilité du ministère de l'Éducation. Il peut prendre des décisions à ce sujet indépendamment des fédérations sportives.

C’est pour cette raison que l'Association sportive interscolaire a annoncé la suspension des sports suivants : balle-molle, basketball, baseball, hockey sur glace, hockey sur gazon, football, lutte, rugby, soccer, volleyball et gymnastique d’animation (cheerleading).

Par contre, le golf, le cross-country, la natation et le badminton seront autorisés à la rentrée scolaire parce que les contacts entre les athlètes y sont limités. Les risques de propagation de la COVID-19 seront donc limités aussi.

Des responsables des sports dans des écoles disent qu’ils s'attendaient à de telles mesures. Ils ont maintenant une base pour se préparer en vue de la rentrée.

Le responsable des sports à l’École l’Odyssée, Neal Couture, trouve un peu d’espoir dans le fait qu'il s’agit d'une suspension.

Le mot suspendu ne veut quand même pas dire annulé. Donc, il y a quand même un petit peu une lueur d’espoir pour peut-être les autres saisons, l’hiver et le printemps, qui pourront peut-être commencer à temps ou avec un léger délai en fonction de l'évolution de la situation sur la santé, explique Neal Couture.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Pour les athlètes et les entraîneurs, c'est une autre source d'incertitude. Il n’y a aura pas de séances d’entraînement avant le 8 septembre, jour de la rentrée scolaire. Ils ne savent pas s’ils pourront retourner en classe.

Quand on a cessé les activités sportives à la mi-mars en raison des mesures d’urgence, les Rebelles de l’École ESN, par exemple, faisaient une saison de rêve, sans défaite, et elles se dirigeaient vers le championnat provincial. Les joueuses étaient déçues de voir le tout s’arrêter. L’annonce de la suspension du hockey est une nouvelle déception pour la défenseuse Julie-Pier Richard.

Un ballon de soccer sur le sol devant un filet

Le soccer scolaire est aussi suspendu jusqu'à nouvel ordre.

Photo : Radio-Canada

C’est sûr que ça me fait de la peine parce que j’ai grandi dans les sports de glace et je n’ai pas pu [clôturer] mon année. S’il n’y avait pas de saison l’année prochaine, j’ai fini ça comme c’est une étape de vie qui finit. C’est comme juste se dire qu’on passe à autre chose vu qu’il faut profiter de chaque moment. On ne sait jamais quand ça va se terminer. Je ne m’attendais pas à finir ma saison comme ça, surtout je ne m’attendais pas à ce que ce soit peut-être ma dernière partie de hockey, affirme Julie-Pier Richard.

Des intervenants craignent que la suspension de certains sports entraîne des conséquences sur le développement des habiletés sportives chez les jeunes.

On ne peut pas s’apitoyer là-dessus, mais surtout nous autres dans le nord, une équipe comme on avait l’an passé, tu va peut-être voir ça une fois tous les dix ans. [...] Mettons qu’il n’y aurait pas de hockey pour un an, ça pourrait avoir un impact majeur parce que c’est beaucoup une question d’intérêt aussi. C’est une roue qui tourne. Le monde embarque, indique l’entraîneur-chef des Rebelles de l’École ESN, Christian Richard.

L'Association sportive interscolaire n'a pas voulu faire de commentaires. Elle dit cependant que le plan est toujours en évolution et qu’il peut toujours y avoir du changement d’ici le 8 septembre.

Avec les renseignements de François Le Blanc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Activités sportives