•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Innus revendiquent leurs droits ancestraux aux abords de la Moisie

Un véhicule est stationné devant un amas d'arbres qui obstrue le chemin de terre. Une pancarte en bois indique : «accès fermé, limite du club».

Le chemin menant vers le secteur Winthrop-Campbell de la rivière Moisie a été bloqué.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada

Des membres de la communauté de Uashat mak Mani-utenam bloquent un chemin qui donne accès à la rampe de mise à l'eau du secteur de Winthrop-Campbell du Club Adams, sur la rivière Moisie, à Sept-Îles.

Les membres de la communauté manifestent depuis mercredi pour protester contre une intervention de la Sûreté du Québec (SQ) survenue mardi.

Des arbres coupés ont été disposés sur la route de terre pour bloquer le passage.

Des arbres ont été utilisés pour bloquer le chemin.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

La construction d’un chalet derrière l’intervention de la SQ

Marcelin Vollant est un Innu de Uashat mak Mani-utenam et l'instigateur du barrage sur le chemin d'accès qui permet la mise à l'eau des bateaux.

Les policiers de la SQ sont intervenus alors que lui et son cousin ouvraient un chemin d'accès vers un terrain où ils souhaitent installer un chalet aux abords de la rivière.

Ce terrain appartient au club de pêche privé Adams situé plus haut sur la rivière. Le club privé a cependant cédé l'exploitation de la zone à l'Association de protection de la rivière Moisie (APRM), qui permet à ses membres de pêcher le saumon dans les fosses de la rivière dans ce secteur.

Marcelin Vollant, de son côté, croit que cette entente est illégitime, et que le conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam devrait pouvoir gérer le territoire riverain pour que sa population grandissante puisse y installer des chalets familiaux.

Moi, je ne vois pas pourquoi le club céderait à du monde de Sept-Îles pour gérer notre rivière à nous autres. Déjà qu’on manque de place ici. Mon but, c’est d'avoir du terrain. Si ça a été cédé, on veut avoir du terrain parce qu’ici nous autres, le petit coin qu’on a, il n’y a plus de terrain et tout le monde veut avoir du terrain sur le bord de la rivière, affirme M. Vollant.

Le journaliste Djavan Habel-Thurton en discussion avec Marcelin Vollant devant les obstacles déposés pour fermer l'accès à la route.

Marcelin Vollant est l'instigateur du blocage de la route qui mène vers le secteur Winthrop-Campbell de la rivière Moisie.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Marcelin Vollant dit n'avoir aucun problème à ce que des allochtones pêchent dans les fosses du secteur. Il réclame plutôt l'utilisation du terrain pour installer des chalets pour les membres de sa communauté.

On ne veut pas empêcher la pêche, c’est du terrain qu’on veut. Travailler en collaboration avec l’APRM, d’accord! On ne veut pas partir en peur et dire non à l’APRM et qu’elle n’a plus d’affaires là-dedans. Si on veut avoir cette partie-là [de la rivière], on va aussi travailler en collaboration avec l’APRM, affirme M. Vollant.

Marcelin Vollant prévoit faire d’autres actions cet automne pour revendiquer ce territoire occupé depuis longtemps par sa communauté, mais qui appartient légalement au club de pêche Adams.

La rivière Moisie théâtre de tensions depuis quelques semaines

Le chef du conseil de bande de la communauté de Uashat mak Mani-utenam, Mike McKenzie, affirme que les Innus ont des droits ancestraux dans ce secteur. Selon le chef, l’intervention de la SQ mardi proviendrait d’une plainte des membres du Club Adams, une action qui a envenimé une situation déjà tendue sur la rivière Moisie.

Cette manifestation est aussi l’aboutissement de plusieurs jours de tensions entre ITUM [le conseil de bande], l’APRM, le Club Adams et le gouvernement du Québec qui ont débuté suite à l’incident du 11 juin entre un membre du conseil d’administration de l’APRM et deux pêcheurs innus dans le secteur Winthrop-Campbell. ITUM a demandé son exclusion de la rivière Mishta-Shipu ainsi que son renvoi du conseil d’administration. À ce jour, ITUM attend toujours une réponse quant à ces demandes, indique un communiqué du conseil de bande paru sur Facebook.

Le 11 juin dernier, une partie de pêche s’est soldée par une intervention de la SQ à la suite d’une altercation entre des pêcheurs innus et des pêcheurs non autochtones.

L’APRM ne commentera pas

L’APRM ne commentera pas la situation. Michel Villeneuve, le porte-parole de l’association, affirme toutefois que l'organisme travaille à rebâtir les ponts avec la Nation innue et à rétablir des relations saines.

Le ministre Julien participe aux discussions

Le ministre responsable de la Côte-Nord Jonatan Julien a discuté mercredi avec le chef du conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam, Mike McKenzie, concernant les tensions entre utilisateurs de la rivière Moisie et membres de la communauté innue.

Jonatan Julien, qui est aussi ministre des Ressources naturelles, espère que le dialogue permettra de dénouer l'impasse et atténuer les tensions.

Moi, la discussion que j’ai eue avec le chef McKenzie hier a été très bonne. Maintenant, déjà ce matin [jeudi], on se parle pour trouver un lieu de rencontre et un lieu de discussion pour éviter l’escalade. Je crois que c’est le moment de regarder cela tout le monde ensemble pour faire en sorte que tout le monde puisse bénéficier d’une bonne façon des ressources de la Côte-Nord, entre autres de la rivière Moisie, affirme le ministre Julien.

La communauté de Uashat mak Mani-utenam a envoyé une lettre au propriétaire du Club Adams et au gouvernement du Québec concernant les incidents survenus et les droits ancestraux de la communauté sur la rivière Moisie.

Avec des informations de Djavan Habel-Thurton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !