•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers d'autres solutions que le papier de toilette?

Une femme aux toilettes tient un rouleau de papier à la main.

La production d'un rouleau de papier hygiénique nécessiterait entre 45 et 145 litres d'eau.

Photo : iStock

Depuis deux ans, l'association écologiste américaine Natural Resources Defense Council (NRDC) dépose un rapport sur l'utilisation du papier de toilette aux États-Unis. Cette année encore, l'organisme souligne que la production de papier hygiénique a un effet néfaste sur la forêt boréale canadienne.

Chaque semaine, au Canada, on utilise en moyenne deux rouleaux de papier de toilette par personne. À l'échelle mondiale, cela représente 10 millions d'arbres qui seraient coupés chaque année pour sa fabrication.

Il y a beaucoup de personnes qui ne savent pas que la majorité du papier hygiénique sur nos tablettes provient des forêts comme la forêt boréale canadienne, explique la coauteure du rapport au NRDC, Jennifer Skene.

Dans son rapport, le NRDC donne des notes aux différentes compagnies de papier hygiénique selon leur impact sur l’environnement. Plus une entreprise utilise de fibre recyclée et préserve les forêts, plus sa note est élevée.

Lorsque la forêt boréale est coupée pour permettre la fabrication de papier de toilette, du dioxyde de carbone est relâché dans l'atmosphère et intensifie les changements climatiques, dit Jennifer Skene.

Solutions écologiques

Le but du rapport n’est pas d’empêcher les gens d’utiliser du papier hygiénique traditionnel, souligne Mme Skene, mais d’offrir aux consommateurs un choix éclairé.

D'autres solutions, plus respectueuses de l'environnement, existent cependant, souligne le rapport. Outre le papier en fibre recyclé, il existe du papier en fibre de bambou ou de chanvre. L’utilisation de lingettes en tissu lavable ne créerait quant à elle aucun déchet.

Des lingettes réutilisables

Sophie Villeneuve est une mère de deux garçons vivant à Calgary. Depuis environ un an, elle fait la transition vers des lingettes réutilisables. Après avoir utilisé des couches lavables pour ses fils, la transition vers les lingettes lavables semblait tout à fait logique.

On essaye de faire notre part [pour l’environnement], dit-elle en ajoutant qu’il existe bien des solutions de rechange.

Moi, je suis allée avec les bonnes vieilles débarbouillettes. Ça fait la job en masse!

Une citation de :Sophie Villeneuve

L'installation d'un bidet fait partie des plans de la famille, tant que l'eau utilisée peut être tempérée, mais en attendant, le système actuel fonctionne très bien.

Couches lavables

À Vancouver, la situation est similaire chez Léonie Tharratt, où il y a deux seaux à côté de la cuvette pour accueillir les lingettes souillées.

Comme sa fille utilise des couches lavables, la transition vers des serviettes réutilisables s’est faite graduellement. C'est facile, avec les couches lavables, on ne fait qu'ajouter les lingettes dans le même panier et pour les mêmes lavages, dit Lénonie Tharratt.

Au départ, les lingettes n'étaient utilisées que pour sa fille, mais l’arrivée de la pandémie et, surtout, la pénurie de papier hygiénique qui a suivi a généré un changement rapide pour toute la famille.

Même si elle continue d’utiliser du papier traditionnel, la famille de Léonie Tharratt le fait en plus petite quantité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !