•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Consultation en ligne sur l’avenir de l’ancien hôtel de ville de Saint-Boniface

L'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface.

La mise en vente de l'ancien hôtel de ville de Saint-Boniface a créé des inquiétudes dans la communauté.

Photo : Radio-Canada / TREVOR LYONS

Héritage Saint-Boniface s’allie à la Société de la francophonie manitobaine et à Entreprises Riel, afin d’offrir une consultation en ligne sous forme de sondage sur l’avenir du carré civique de Saint-Boniface, à Winnipeg.

La Ville de Winnipeg souhaitait vendre l’ancien hôtel de ville ainsi que l’ancienne caserne de pompier l'hiver dernier, mais a plutôt décidé de repousser de neuf mois la date limite pour les appels d'offres. La municipalité veut ainsi permettre à ces organismes de consulter les habitants du quartier quant à leurs attentes pour l'avenir du carré civique.

Les résultats de ces consultations feront l'objet d'un rapport qui pourra servir à ceux qui veulent déposer une offre afin qu'ils présentent un projet qui a plus de chances d'obtenir le soutien des résidents du quartier.

Le président du groupe Héritage Saint-Boniface, Walter Kleinschmit explique que la pandémie de COVID-19 a retardé des consultations publiques prévues en avril et en juin.

Finalement, le groupe a décidé de lancer une consultation en ligne portant sur l’avenir du carré civique, qui regroupe l’ancien hôtel de ville, l’ancienne caserne de pompiers et l’ancien poste de police.

L’objectif des consultations c’est de pouvoir définir pour la Ville nos attentes, parce que les attentes des citoyens font partie de l’évaluation des propositions éventuelles qu’elle va recevoir , dit Walter Kleinschmit.

Walter Kleinschmit.

Walter Kleinschmit du groupe Héritage Saint-Boniface espère que la proposition retenue prendra en compte les désirs des habitants du quartier.

Photo : Radio-Canada

En effet, dans la liste de critères pour l’évaluation d’éventuelles offres, une pondération de 40 % sera accordée à la compatibilité du projet avec la valeur patrimoniale des édifices, et le respect du plan secondaire du nord de Saint-Boniface.

Les autres critères concernent le prix d’achat et d’autres considérations financières (20 %), la possibilité que le projet soit réalisé sans l’appui de fonds de la Ville (20 %) et l’expérience du promoteur (20 %).

Pour M. Kleinschmit, il s’agit d’établir la crédibilité de la demande de préserver les bâtiments.

On se rend compte que les garder justes comme ça n’assure pas leur pérennité. S’ils tombent en morceaux à cause du manque de développement, de maintien ou même d’utilisation… Un édifice historique qui est vide devient une sculpture qui tombe en morceaux, dit-il.

Un édifice en pierres et briques avec une tour.

L'ancienne caserne de pompier de Saint-Boniface fait partie du carré civique.

Photo : Radio-Canada / Gavin Boutroy

Ce qu’on recherche, c’est ce qu'on pourrait faire et ce que les citoyens voudraient qu’on fasse pour qu’on puisse rentabiliser le projet, et qu’on puisse donner des idées à des gens intéressés de choses qui seraient acceptables, poursuit M. Kleinschmit.

Ce qu’on ne veut pas, affirme-t-il, c’est que l’hôtel de ville de Saint-Boniface devienne un club privé, ou un super restaurant très cher. Pour lui, il faut que le bâtiment reste accessible au grand public.

Une première consultation publique a eu lieu en janvier. Les résultats de celle-là, ainsi que ceux de la consultation présente seront colligés et serviront à développer un rapport qui sera présenté à une assemblée citoyenne à l’automne avant d’être remis à la Ville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique municipale