•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de changement de nom pour les délinquants sexuels exigent l'Alberta et la Saskatchewan

Montage photo avec les premiers ministes de la Saskatchewan et de l'Alberta en train de parler en conférence.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, et le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld/Jason Franson

La Saskatchewan et l’Alberta font front commun et demandent aux autres provinces canadiennes d’apporter à leur tour des modifications législatives afin d’interdire aux délinquants sexuels de changer de nom.

Nous exhortons les autres provinces à se joindre à la Saskatchewan et à l’Alberta pour apporter des changements pour protéger les enfants et les autres personnes vulnérables contre les délinquants sexuels, affirme dans un communiqué le ministre de la Justice de la Saskatchewan, Don Morgan.

Le gouvernement de la Saskatchewan mentionne que tant que les lois des autres provinces ne seront pas changées rien n'empêchera les délinquants sexuels de soit déménager dans une autre province pour y changer de nom ou changer de nom avant de venir s'établir en Saskatchewan ou en Alberta.

Je lance un appel à mes homologues à travers le pays de se joindre à nous pour combler les lacunes [dans le système]. Les survivants de violence sexuelle vivent avec les effets de ce traumatisme pour le reste de leur vie, note dans un communiqué le ministre des Services aux citoyens de l’Alberta, Nate Glubish.

La Saskatchewan a décidé d’aller de l’avant en début d’année après plusieurs mois de réflexion afin d’empêcher les personnes reconnues coupables d’une infraction à caractère sexuel de changer de nom.

En modifiant la loi de 1995 sur le changement de nom, la Saskatchewan a introduit une mesure pour que des vérifications de casier judiciaire soient effectuées pour toutes les personnes de plus de 18 ans qui voudraient changer de nom.

Plus d’une vingtaine d’infractions, y compris l’agression sexuelle et l’inceste, ont été incluses dans la loi afin d’interdire une personne de changer de nom en Saskatchewan.

De son côté, l’Alberta a légiféré en ce sens le 24 juin, plus de quatre mois après que Nate Glubish ait confirmé que la province envisageait d'empêcher les délinquants sexuels de changer de nom.

Les crimes sexuels, en particulier ceux contre les enfants, sont vraiment odieux. Interdire aux délinquants de changer de nom légalement est une autre mesure que nous prenons afin d’assurer la sécurité des familles albertaines dans nos communautés, note pour sa part le premier ministre albertain Jason Kenney.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !