•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du lobbying auprès de François Legault pour soutenir l'industrie de l'énergie

Chargement de l’image

Le premier ministre du Québec, François Legault

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP), qui représente l'industrie du pétrole et du gaz naturel, a désormais un mandat de lobbyisme auprès du premier ministre du Québec, François Legault, afin que la province s’arrime aux nouvelles mesures fédérales pour favoriser la relance de l'industrie canadienne de l'énergie, dans laquelle s'inscrit le projet Énergie Saguenay de GNL Québec.

L’inscription au Registre des lobbyistes du Québec a été réalisée le 26 mai dernier. Elle comprend notamment le président de l'ACPP, Tim McMillan. Le seul titulaire de charges publiques visé par le mandat est le premier ministre du Québec.

Le mandat concerne des communications concernant l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur l’industrie du pétrole et du gaz naturel en amont (production et transport) afin de susciter de la part du gouvernement du Québec la prise d’orientations en faveur des mesures adoptées par le gouvernement fédéral visant à soutenir la reprise du secteur canadien de l’énergie. La démarche vise à favoriser le retour des investissements au Canada.

Chargement de l’image

Le président de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, Tim McMillan.

Photo : Radio-Canada

L’association parle notamment des nouvelles normes sur les combustibles propres et de l’aide apportée aux grandes entreprises, dont l’industrie pétrolière.

L’inscription mentionne directement le projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec au port de Grande-Anse, à Saguenay. Il y est souligné le potentiel de projets spécifiques, comme le projet Énergie Saguenay qui permettrait de créer près de 6000 emplois directs et indirects dans sa phase de développement, ainsi que 1100 emplois directs et indirects une fois en exploitation.

L’association demande que les gouvernements provinciaux et fédéral travaillent de concert.

L’ACPP dit être la voix de l’industrie canadienne du pétrole et du gaz naturel en amont, selon ce qui est écrit dans le mandat. Nous encourageons la croissance responsable de notre secteur en prônant la compétitivité économique ainsi que des pratiques sécuritaires, socialement et environnementalement responsables, peut-on aussi y lire.

Un BAPE à l'automne

Rappelons que le projet Énergie Saguenay doit être étudié à l’automne par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), dans une formule qui n’a pas encore été décidée, car les commissaires n’ont pas été nommés.

L’autre moitié du projet menée par Gazoduq, soit le gazoduc de 780 km qui permettra de relier l’usine au réseau de distribution qui se rend actuellement jusqu’au nord-est de l’Ontario, sera analysée de façon conjointe par l’Agence d’évaluation d’impact du Canada et le BAPE. GNL Québec et Gazoduq sont deux filiales de la même entreprise.

En mars, Gazoduq avait aussi apporté une modification à son mandat au Registre des lobbyistes du Québec afin d’obtenir le soutien financier du gouvernement en vue de la réalisation du projet.

Toutefois, une telle mention se trouvait déjà dans la déclaration initiale de GNL Québec en 2014.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !