•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet d'immeuble de logements destiné aux Autochtones à Roberval

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un ancien commerce.

Ce terrain a été acquis pour 145 000 $ dans le but d’y construire un immeuble de logements destinés aux membres des Premières Nations.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Le Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean (CAALSJ) a acquis un terrain à Roberval pour construire un immeuble de logements destinés aux membres des Premières Nations.

Se trouver un logement en ville est un véritable parcours du combattant lorsqu'on est autochtone. En raison du racisme et du manque de logis, les membres des Premières Nations doivent souvent attendre des mois avant d'avoir un toit.

C'est pour remédier à cette situation que le CAALSJ a acheté pour 145 000 $ le terrain de l'ancien commerce Portes et fenêtres Nordique à Roberval.

C'est un projet de 18 unités sur le terrain avec une infrastructure destinée aux loisirs, a expliqué Mélanie Boivin, directrice générale du CAALSJ.

Une rue avec des maisons.

Il est difficile pour les Autochtones de trouver un logement à Roberval.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

En plus du projet d'habitation, un programme d'accompagnement vient d'être mis sur pied pour éviter la stigmatisation et améliorer les relations entre locataires et propriétaires.

Une famille au motel depuis avril

La famille de Mélina Weizineau a tout perdu dans l'incendie qui a détruit un immeuble de Roberval en avril. Depuis, elle vit dans un motel, incapable de trouver un logement malgré les appels répétés à différents propriétaires.

Ils disent qu'on va faire du tapage. C'est ça qu'ils nous répondent des fois.

Mélina Weizineau, mère sinistrée
Une famille dans une chambre de motel.

La famille de Mélina Weizineau, ici avec ses deux fils et son conjoint, a tout perdu dans l'incendie qui a détruit un immeuble de Roberval en avril.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Selon Maryann Gauthier, intervenante psychosociale au Centre d'amitié autochtone du Lac-Saint-Jean, les peurs sont bien réelles chez les propriétaires de logements de Roberval.

Ils ont peur des feux. C'est là qu'on va leur dire qu'on comprend qui il y a eu des feux, mais qu'il ne faut pas tous les mettre ensemble. Ils vont aussi ressortir des problématiques de violence, de surpopulation, a-t-elle énuméré.

Un édifice brûlé.

La famille de Mélina Weizineau habitait cet édifice.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Selon un reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !