•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restructuration et nouveaux licenciements chez WestJet

Enseigne de WestJet à l'aéroport de Calgary.

À la suite des changements organisationnels chez WestJet, 3333 personnes perdent leur emploi.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

WestJet annonce une restructuration majeure de ses opérations et licencie 3333 employés à travers le pays.

WestJet regroupera les activités de son centre d'appels en Alberta. L'entreprise sous-traitera également ses opérations aéroportuaires de tous ses aéroports nationaux en dehors de Vancouver, de Calgary, d'Edmonton et de Toronto.

WestJet est restée autosuffisante tout au long de cette crise prolongée, réduisant les coûts de plus de 60 %, selon son président-directeur général WestJet, Ed Sims.

Pour nos clients, pour votre famille et vos amis: cette situation n'est la faute de personne et rien de ce que quelqu'un aurait pu faire n’aurait créé un résultat différent, a expliqué Ed Sims, dans une vidéo YouTube.

L'entreprise basée à Calgary comptait 14 000 employés avant la crise de la COVID-19. Les restrictions de voyage ont fait fondre les deux tiers de sa flotte.

La réalité nécessite de prendre des décisions difficiles pour assurer notre viabilité.

Ed Sims, PDG, WestJet

Ces mesures ne sont pas surprenantes pour John Gradek, coordinateur du programme Global Aviation Leadership à l'Université McGill selon qui « toutes les compagnies aériennes comme Air Canada et Air Transat prendront le même chemin ».

Néanmoins, il prévient qu’avec ces mesures le WestJet d’après la pandémie ne sera plus le même qu’avant. Ce sera un WestJet beaucoup plus petit. Ils vont avoir moins d'appareils, moins de vols répartis à travers moins de réseaux , pense-t-il.

Avec ces licenciements, il ne reste que 4500 salariés permanents dans la société, cependant la société explique chercher des moyens de ramener 5500 employés temporairement mis à pied.

90 % d’opérations en moins

WestJet a déclaré que ses opérations prévues avaient été réduites de plus de 90 % en raison de la pandémie.

La société a déclaré avoir pris des mesures telles que l'instauration d'un gel des embauches, la réduction des salaires des dirigeants, des vice-présidents, des administrateurs et la suspension de plus de 75 % de ses projets d'investissement. 

Selon Ed Sims, l'entreprise s'efforcera de trouver de nouveaux partenaires avec les services aéroportuaires et cherchera des opportunités d'emploi pour les travailleurs.

Secteur stratégique 

L'aéronautique et l'aviation au Canada c'est un des secteurs les plus stratégiques, selon Merhan Ebrahimi, directeur de l’Observatoire international de l’aéronautique et de l’aviation civile, à l’UQAM. 

On est restés passifs et je pense que ce n'est pas acceptable.

Merhan Ebrahimi, directeur, Observatoire international de l’aéronautique et de l’aviation civile, UQAM.

Il pense que les emplois auraient pu être sauvés et que l'impact des mesures prises par WestJet, Air Canada et Air Transat aurait été moindre si l’État s’était davantage engagé. 

C'est un secteur qui génère énormément de richesse pour le pays et étrangement le gouvernement canadien est complètement absent, s’étonne-t-il.

La semaine dernière, moins de 7500 passagers sont arrivés aux aéroports canadiens en provenance des États-Unis, soit une baisse de plus de 98 % par rapport à l'année dernière, selon l'Agence des services frontaliers du Canada.

Le nombre de passagers internationaux a diminué de 95 % par rapport à l'année précédente, selon la même agence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Emploi

Économie