•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une « bulle atlantique » facilitera les déplacements dès le 3 juillet

Près de 2,5 millions de résidents de l'Atlantique n'auront plus à s'isoler en franchissant leurs frontières respectives.

Un agent remet un document à un automobiliste.

Les provinces de l'Atlantique créent un bulle régionale qui facilite les déplacements entre elles. Ci-dessus : un agent de la Nouvelle-Écosse remet un document à un automobiliste qui traverse la frontière provinciale en arrivant du Nouveau-Brunswick, le 2 avril 2020.

Photo : Reuters / John Morris

Radio-Canada

Les résidents de l'Atlantique n'auront plus à s'isoler pendant 14 jours quand ils se rendront dans l'une ou l'autre de ces quatre provinces, à compter du 3 juillet, annonce le Conseil des premiers ministres de l'Atlantique.

La création d'une « bulle atlantique » vient faciliter les déplacements interprovinciaux de près de 2,5 millions de personnes habitant la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador et l'Île-du-Prince-Édouard.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Cette étape commune de déconfinement est entraînée par le faible nombre de personnes atteintes de la COVID-19 dans l’ensemble de la région, explique le Conseil des premiers ministres.

Les résidents des autres provinces et territoires devront toutefois respecter les exigences en vigueur dans leur cas s’ils se rendent dans l’une ou l’autre des provinces de l’Atlantique, précisent les premiers ministres.

Les visiteurs canadiens qui se sont déjà isolés pendant 14 jours à leur arrivée dans une province maritime pourront circuler dans les deux autres provinces maritimes sans l’obligation de s’isoler à nouveau.

Les premiers ministres expliquent qu’ils créent cette bulle interprovinciale en se basant sur les recommandations des médecins hygiénistes en chef de leur province respective.

Toutes les directives en vigueur dans chacune des provinces en cas de symptômes de COVID-19 restent en vigueur, ainsi que les consignes d’éloignement physique et le lavage fréquent des mains.

Possible ouverture aux résidents des autres provinces dès le 17 juillet

Cette bulle atlantique faisait l'objet de discussions depuis quelques semaines entre les premiers ministres des provinces concernées. Les responsables de santé publique des quatre provinces se sont aussi rencontrés ces derniers jours, a précisé mercredi le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball.

Un assouplissement des restrictions sur les voyages en Atlantique pour les résidents des autres provinces et territoires est aussi envisagé pour le 17 juillet, selon Dwight Ball. Ce dernier a souligné que plusieurs Terre-Neuviens-et-Labradoriens avaient de la famille en Ontario et en Alberta.

Dwight Ball assis devant des drapeaux.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, en conférence de presse le 24 juin 2020.

Photo : Radio-Canada

L'entrée des personnes vivant hors de l'Atlantique pourrait se faire dès le 17 juillet, seulement si les résultats de cette bulle atlantique sont favorables, a déclaré Dwight Ball.

La bulle atlantique n'est pas une décision prise à la légère, a-t-il ajouté, et la situation sera surveillée de près par les autorités de santé publique.

Nous n'hésiterons pas à faire marche arrière. Vos actions aujourd'hui détermineront nos résultats demain, a dit M. Ball. Continuez à porter un masque, lavez-vous les mains et observez la distanciation physique.

Informations personnelles et contrôles aux frontières

Le Nouveau-Brunswick recueillera des informations personnelles des voyageurs de l’Atlantique qui entreront dans la province, a souligné mercredi après-midi le premier ministre Blaine Higgs.

Les passages aux frontières sont déjà en hausse, a indiqué M. Higgs. Nous avons le personnel nécessaire pour gérer ce volume augmenté, mentionne-t-il.

Une circulation accrue dans la région constitue un risque acceptable pour le moment, affirme de son côté la Dre Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs souriant devant des drapeaux du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 24 juin 2020 à Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre néo-brunswickois a rappelé que les résidents de l’Atlantique ne peuvent pas sortir de leur province de résidence et visiter les provinces voisines s’ils ont voyagé hors de cette région dans les 14 derniers jours, même pour le travail.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, indique de son côté que sa province continuera de maintenir du personnel contrôlant sa frontière terrestre avec le Nouveau-Brunswick après le 3 juillet, jour du lancement de cette bulle atlantique.

Puisque l’isolement pendant 14 jours est toujours obligatoire pour les Canadiens qui ne résident pas en Atlantique, le gouvernement néo-écossais tient à savoir quand ces individus sont entrés dans la région, où et quand ils se sont placés en quarantaine.

Après avoir terminé leur quarantaine, s’ils veulent voyager en Atlantique, ils obtiendront un courriel confirmant qu’ils se sont isolés, affirme Stephen McNeil. Ce courriel devra être présenté aux points de contrôle provinciaux.

Une affiche avec un coeur « PEI » devant le pont de la Confédération.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

On compte environ 3500 propriétaires de résidences secondaires à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / John Robertson

À l'Île-du-Prince-Édouard, le gouvernement provincial a ouvert la porte il y a environ trois semaines aux habitants de l'extérieur qui sont propriétaires d'une résidence secondaire dans la province.

Ces résidents saisonniers doivent toujours obtenir l'autorisation du gouvernement provincial et avoir un plan d'isolement de 14 jours à leur arrivée sur l'île, rappelle-t-on.

Une fois cette quarantaine terminée, ces résidents saisonniers obtiendront un document qui confirme qu'ils ont respecté cette directive, et ils pourront eux aussi voyager dans la bulle atlantique.

Faible nombre de nouveaux cas de COVID-19

Les quatre provinces de la région atlantique ont observé une baisse notable des nouveaux cas d'infection par le coronavirus.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province qui compte des cas actifs de COVID-19, la plupart liés à une récente éclosion dans la région de Campbellton, près de la frontière avec le Québec. Des 165 Néo-Brunswickois ayant contracté la maladie, 147 se sont rétablis, indique le gouvernement provincial mercredi.

La Nouvelle-Écosse, où la maladie a fait 63 morts, a identifié son dernier nouveau cas le 9 juin et ne compte plus de cas actifs connus de COVID-19 depuis le 22 juin.

Terre-Neuve-et-Labrador n'a dépisté aucune nouvelle infection ce mois-ci et ne croit plus avoir de cas actifs depuis le 18 juin.

Les 27 personnes ayant contracté la COVID-19 à l'Île-du-Prince-Édouard sont rétablies. Il n'y a pas eu de cas actifs de la maladie pulmonaire depuis la première semaine de mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !