•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi ressemblera le tourisme à Montréal cet été?

Quatre personnes, de dos, regardent vers le Vieux-Port et sa grande roue.

Sans festivals, concerts et feux d'artifice, la saison touristique montréalaise s’annonce difficile mais n'est pas perdue pour autant.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Sarah Laou

Sans l’habituel flux de visiteurs internationaux et canadiens, l’industrie touristique montréalaise s’attend à ce que la saison estivale soit difficile. La Ville de Montréal espère toutefois que les Québécois seront au rendez-vous.

Avec plus de 11 millions de visiteurs l’été dernier et près de 5 milliards de dollars en revenus, le tourisme demeure capital pour l’économie montréalaise. Mais sans grands festivals, concerts en plein air et feux d'artifice, la belle saison s’annonce moins flamboyante.

Faute de voyages à l'étranger, les Québécois sont donc invités à passer leurs vacances dans la province. Ils pourront notamment opter pour les offres touristiques de Montréal qui commencent timidement à se diversifier.

Le défi est grand, car la crise sanitaire a tout particulièrement frappé la métropole, qui est considérée comme l‘épicentre de la pandémie de COVID-19, a souligné en entrevue à Tout un matin la vice-présidente Développement de la destination et Affaires publiques chez Tourisme Montréal, Manuela Goya.

Nous n'avons pas la prétention de vendre Montréal comme on l’a connue. Mais Montréal revient à la vie et la ville à une réputation à rebâtir. Tranquillement, on s'ouvre et les Montréalais se reconnectent avec leur ville. Le tourisme sera d'abord montréalais cet été.

Manuela Goya, Tourisme Montréal

Après une phase de réappropriation de la ville par ses résidents et de relance d'un tourisme hyperlocal, la ville s'ouvrira de façon progressive et sécuritaire au reste des Québécois, voire aux Ontariens, selon Mme Goya,

En général, on n’est pas touriste dans notre ville. Mais cette année, ça va être l'occasion de redécouvrir sa ville, ses plages, ses commerces et ses quartiers, croit-elle.

Quel genre de tourisme à Montréal cet été ?

Les activités reprennent graduellement

Le président de Tourisme Montréal Yves Lalumière veut lui aussi se montrer positif quant à la reprise de différentes activités dans la métropole.

Il y a des quartiers qui sont fantastiques à visiter. D'ailleurs, on le dit, Montréal, ça ne se visite pas, ça se vit! C’est sûr que ça va être une année différente, mais ce n’est pas parce qu’il n’y a pas des festivals et d’événements qu’on ne va pas venir à Montréal.

Yves Lalumière, Tourisme Montréal

En plus de faire valoir des mesures sanitaires rigoureuses, il mentionne l’accès aux 1000 parcs de la ville, la réouverture des musées, des restaurants et de certains centres commerciaux.

L'oratoire Saint-Joseph doit, lui aussi, rouvrir ses portes au public dès le 29 juin. Les plages du quai de l'horloge et de l'île Notre-Dame seront également ouvertes en juillet. Les excursions en bateau devraient reprendre bientôt, assure-t-il, tandis que le Cosmodôme de Laval a déjà rouvert.

Au Vieux-Port, lieu le plus visité au Québec avec près de 7 millions de touristes par année, l'ambiance est toutefois anormalement calme en période de l’année. Mais plusieurs activités ont toutefois pu reprendre comme Voile en voile, la tyrolienne Mtl Zipline, les pédalos, les fameux quadricycles. Et les populaires terrasses ont accueilli leurs premiers clients de la saison.

Contrairement à ce que l’on peut croire, près de 80 % de nos visiteurs sont des Québécois. On est habituellement une destination très locale, alors on espère que les Québécois viendront encore nombreux cette année pour encourager nos entrepreneurs locaux.

Jean-Philippe Rochette, porte-parole de la Société du Vieux-Port de Montréal

Des autorisations tardent à arriver

Bien que les commerçants, hôteliers et autres organisateurs d'événements veulent eux aussi se montrer optimistes, ils n’en demeurent pas moins inquiets. Bon nombre d’entre eux sont encore dans l’incertitude quant à la réouverture de leurs établissements et les autorisations gouvernementales tardent à venir.

Le Centre des sciences, où les expositions impliquent des manipulations, n'est notamment pas encore prêt à recevoir de visiteurs. On travaille très très fort pour un plan de réouverture et on espère être en mesure de rouvrir cet été, mais c'est un défi important, reconnaît Jean-Philippe Rochette.

Jean Perron, propriétaire de SOS labyrinthe, est également en attente d’une approbation des autorités sanitaires.

On s’est réinventé, on forme les employés, mais on n’a toujours pas l'autorisation, explique celui qui se dit déçu et inquiet pour cette attraction du Vieux-Port de Montréal créée il y a plus de 30 ans.

Les clients cognent à la porte pour savoir si c’est ouvert et on ne peut pas les laisser entrer. Le dommage est grand dans notre cas, car la saison des groupes est déjà passée, ça a été annulé et remboursé et on ne sait pas quand on pourra rouvrir. Mais je reste positif : l’ADN de Montréal, c’est d’abord les gens et pas seulement les festivals.

Jean Perron, SOS labyrinthe

Par ailleurs, d'autres attractions importantes comme la Grande Roue et le Casino n'ont pas reçu l'autorisation de rouvrir. Il en va de même pour La Ronde : le parc d'attractions annonce à l'avance que les places y seront limitées et qu'il faudra réserver une date de visite sur le web.

Dans l'est de la ville, Espace pour la vie ne sera pas non plus très vivant cet été. Le Jardin botanique, qui est déjà ouvert, conseille pour sa part à ses visiteurs de réserver bien à l'avance. Quant au Planétarium, il est encore fermé, tout comme le Biodôme et l'Insectarium qui, eux, sont en réaménagement et n'ouvriront pas de l'été.

Le funiculaire du Stade olympique demeurera fermé durant toute l'année 2020. Et, il n'y aura pas non plus de match de l'Impact devant public au stade Saputo.

Viennent s’ajouter aux contraintes sanitaires les habituels travaux routiers et autres cônes orange typiques du paysage estival montréalais. Pour Sacha Brand, président restaurant Comptoir 400, ces travaux sont plus qu'une épine dans le pied, c'est un coup de poignard, après les difficultés de ces derniers mois.

Est-ce que vraiment la clientèle montréalaise va venir dans le Vieux-Montréal avec tous les obstacles de circulation qu'il y a ?, le propriétaire est sceptique et amer.

Un été pas comme les autres

En définitive, le rendez-vous touristique estival devrait être inhabituel, mais pas tout à fait manqué, d’après Marc-Antoine Vachon, de la Chaire de tourisme Transat à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Il y a quand même des choses qui vont être particulières et qui vont être spécifiques à l'été qu'on va vivre aujourd'hui. Je pense aux terrasses et à plusieurs rues qui sont désormais piétonnières.

Marc-Antoine Vachon, professeur en marketing

En effet, le plan de la Ville présenté en mai par l'équipe de Valérie Plante prévoit une importante réduction des voies de circulation sur le boulevard Saint-Laurent et la rue Saint-Denis ainsi que l’implantation de rues partagées dans l’ensemble du Vieux-Montréal. En outre, de nombreuses pistes cyclables seront élargies et plusieurs artères deviennent piétonnes, c'est le cas de l’avenue du Mont-Royal, la rue Sainte-Catherine Est, la rue de la Commune et la rue Wellington.

Et même s'ils s'ajoutent au casse-tête routier, les corridors sanitaires devraient faire des terrasses un grand attrait de Montréal cet été.

L’industrie du tourisme a été durement touchée. Mais on voit la lumière au bout du tunnel. On veut encourager les gens à venir et on est confiants qu’on aura un bel été. On collabore avec la ville sur la piétonnisation et on espère que ça va attirer les gens, croit pour sa part le porte-parole de la Société du Vieux-Port de Montréal Jean-Philippe Rochette.

Consciente que cet été ne ressemblera à rien de connu, la Ville Montréal invite donc les Québécois à venir faire l’expérience, convaincue qu'elle pourra les charmer malgré tout.

Avec des informations de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Tourisme