•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur touristique satisfait de l’annonce de 30 M$ d’Ottawa

Gros plan de Mélanie Joly et de Chrystia Freeland.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles Mélanie Joly a annoncé une aide de 30M$ pour le secteur touristique(archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Ottawa investira 30 millions de dollars pour venir en aide au secteur touristique de la province, a annoncé mardi la ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, lors d’une visite à Sherbrooke. Une nouvelle qui a été bien accueillie par les acteurs du milieu dans la région.

Comme l’a expliqué la ministre lors d’un point de presse, plus de 500 entreprises québécoises pourront avoir droit à cette aide. Elle servira à diminuer les dépenses des entreprises touristiques pour leur permettre de faire l’achat d’équipements sanitaires et de faire de la promotion des régions afin d’y attirer des touristes du Québec.

Ce qu’on fait, c’est qu’on redistribue ces sommes-là chez nous, pour notre monde et faire en sorte que les Québécois, les Canadiens, puissent découvrir leurs régions en toute sécurité, fait savoir Mélanie Joly en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

Découvrez votre coin de pays. Voyagez local. En faisant ça, on va pouvoir aider nos petits commerces et nos entrepreneurs qui font face à des moments difficiles et qui ont besoin de notre aide.

Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles

Une grande partie de cette aide sera gérée par l’Alliance de l’industrie touristique du Québec qui regroupe toutes les associations touristiques du Québec de toutes les régions, poursuit Mme Joly. On leur fait confiance, on leur offre du financement et ce sont eux qui vont pouvoir aider les entrepreneurs sur le terrain, affirme-t-elle.

Un pas dans la bonne direction

Cette annonce d’Ottawa a été très bien accueillie, mardi, par différents acteurs du milieu touristique, très touché par la crise actuelle. C’est un pas dans la bonne direction, se réjouit Jean-Michel Ryan, président de l’Alliance de l'industrie touristique du Québec. On est très satisfaits de l’offre faite aujourd’hui, poursuit-il.

Du côté de Tourisme Cantons-de-l’Est, le son de cloche est le même. Il y a une analyse à faire des annonces qui ont été faites, mais globalement, c’est une bonne nouvelle. Il va y avoir de l’argent neuf là-dedans, souligne Benoît Sirard, président de Tourisme Cantons-de-l’Est.

Selon M. Sirard, dans la région, certains attraits touristiques ont vu leur achalandage baisser jusqu’à 80 %. Quand on parle des taux d’occupation des établissements hôteliers, c’est une baisse majeure comparativement à l’an dernier. Une baisse qui avoisine les 70 %, regrette-t-il.

Une aide comme celle-ci permettra aux entreprises de maintenir la tête hors de l’eau, sans s’endetter, les aides n’étant pas remboursables. Il y a des gens qui ont refinancé leurs restaurants, leurs attraits touristiques, leurs hôtels, c’est sûr que s’endetter avec des subventions, des prêts, ce n’est pas la bonne solution, croit Benoît Sirard.

Une aide plus ciblée

Ces 30 millions de dollars d’Ottawa s’ajoutent aux mesures déjà existantes, comme la Subvention salariale d’urgence du Canada, auxquelles plusieurs entreprises et organismes du secteur touristique ont droit. Cette aide-là est plus ciblée pour l’industrie touristique. [On] va leur apporter un bon coup de main, dit pour sa part la députée fédérale de Sherbrooke, Élisabeth Brière.

Les mesures qu’on a mises en place au début de la crise, comme la PCU ou la subvention salariale, [certaines entreprises] ne répondaient pas nécessairement aux critères, poursuit-elle.

En plus de ces 30 millions de dollars destinés au secteur touristique québécois, Ottawa a également annoncé l’octroi de 16 millions de dollars pour les provinces de l’Atlantique. Une somme qui permettra de soutenir 80 projets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !