•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les camions de cuisine de rue de retour cet été, malgré la COVID-19

Huit emplacements ont été désignés pour les accueillir au centre-ville.

Des clients font la file devant un camion de cuisine de rue. Certains portent une visière, d'autres pas.

Certains restaurateurs ambulants n'ont pas attendu l'aval des autorités municipales pour reprendre leurs activités, en fin de semaine dernière.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Ce n'est pas le nouveau coronavirus qui empêchera les Montréalais de profiter cette année encore des restaurants mobiles de la métropole, qui font partie du paysage depuis 2013.

En conseil extraordinaire, mardi matin, les élus de l'arrondissement de Ville-Marie ont voté en faveur du retour des camions de cuisine de rue au centre-ville à compter de lundi prochain. Huit sites ont été désignés pour les accueillir de 9 h à 23 h, soit trois de moins que l'an dernier.

Les camions de cuisine de rue pourront notamment vendre des produits alimentaires près du monument à sir George-Étienne Cartier, à la place du Canada, au square Dorchester et au Village au Pied-du-Courant. Ils pourront aussi s'installer à la place d'Armes pour occuper l'espace laissé vacant par les calèches, dont les activités ont pris fin en janvier.

Leur présence au centre-ville sera autorisée jusqu'au 30 septembre 2020, mais cette date pourra être repoussée au besoin.

La situation résultant de la pandémie en cours nécessite le recours à des valeurs sûres pour encourager la fréquentation des lieux publics. La cuisine de rue, s'étant bâti un grand capital de sympathie citoyen, compte parmi celles-ci.

Extrait du sommaire décisionnel

L'arrondissement de Ville-Marie est le premier, cette année, à donner son aval au retour des camions de cuisine de rue.

L'Association des restaurateurs de rue du Québec (ARRQ) affirme toutefois être en discussion avec ceux du Sud-Ouest, de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, de Rosemont–La Petite-Patrie, de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et d'Ahuntsic-Cartierville.

Un été différent

En raison de la pandémie de COVID-19, de nombreux propriétaires de camion-restaurant ont déjà renoncé à la saison. Mais au moins une vingtaine d'autres s'apprêtent à parcourir la ville, assure Gaëlle Cerf, copropriétaire du Grumman78 et vice-présidente de l'ARRQ.

C'est certain que ça fait plaisir de ne plus avoir cette incertitude-là au niveau de la saison pour les food trucks, parce que c'est sûr qu'on était un petit peu stressés, là, a-t-elle confié à l'émission Le 15-18, mardi.

Mme Cerf dans son camion de cuisine de rue.

Gaëlle Cerf est copropriétaire du Grumman78 et vice-présidente de l'Association des restaurateurs de rue du Québec.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Forcément, ce n'est pas au pied des tours de bureaux vides qu'on retrouvera le plus de camions de cuisine de rue cette année. Le square Victoria, par exemple, en sera exempt. Non, 2020 sera plutôt l'année des quartiers résidentiels, prédit Mme Cerf.

Plutôt que d'aller nourrir les gens des bureaux du centre-ville, on va aller vers quelque chose d'un peu plus logique à notre avis, qui est plutôt d'aller participer aux événements familiaux, dans les parcs et dans les rues, pour aider un peu les gens à dynamiser un été qui s'annonce plutôt morne.

Gaëlle Cerf, copropriétaire du Grumman78 et vice-présidente de l'ARRQ

Le responsable du dossier au comité exécutif, Robert Beaudry, rappelle que les mesures sanitaires d'usage devront être observées. Les propriétaires de camions de cuisine de rue devront notamment suivre les guides produits par la CNESST et s'assurer du respect de la distanciation sociale dans les files d'attente.

On le voit un petit peu de la même façon qu'au niveau des terrasses extérieures et des restaurateurs en général, explique M. Beaudry. On s'attend à ce que ce soit respecté et on va s'assurer que ce soit le cas.

Comme l'an dernier, l'ARRQ sera responsable de la gestion du calendrier et des camions ainsi que de la vérification de la conformité des exploitants, la Ville de Montréal ayant choisi de se décharger de ces responsabilités.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Coronavirus