•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibles tarifs sur l'aluminium : les députés régionaux font pression sur Freeland

Des lingots d'aluminium empilés les uns sur les autres

Des lingots d'aluminium

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les députés bloquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe et Mario Simard, sont inquiets devant la rumeur voulant que les États-Unis puissent de nouveau imposer des tarifs de 10 % sur l'aluminium canadien. De son côté, le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, avait proposé des actions sur le sujet la semaine dernière.

L'agence Bloomberg rapportait mardi matin que des tarifs pourraient être imposés dès le 1er juillet, parce que l'industrie américaine est durement touchée par la crise de la COVID-19. L'industrie canadienne servirait de bouc émissaire.

Tout est possible avec l'administration américaine, on l'a vu dans le passé, a rappelé le député de Jonquière, Mario Simard. Maintenant, on s'en va vers l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange le 1er juillet, ce serait un peu ironique qu'au moment où on célèbre deux ans de négociation d'un accord qui doit faciliter les échanges entre les deux pays, que notre voisin et allié nous mette sur le dos un tarif de 10 % sur nos exportations.

Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe, son homologue dans Lac-Saint-Jean, demandent à la vice-première ministre, Chrystia Freeland, de prendre les devants pour que cette menace ne se concrétise pas.

M. Brunelle-Duceppe déplore que l'argument de la sécurité nationale américaine pourrait encore une fois être utilisé.

Si [Donald] Trump fait encore passer des tarifs sur le dos de la défense nationale, le gouvernement libéral devra avoir une discussion franche avec les États-Unis sur la signification et la portée de notre partenariat avec eux. Il est temps que les pendules soient remises à l’heure, a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Selon lui, l'industrie américaine est beaucoup plus victime des producteurs chinois que canadiens.

Des propositions

Pour sa part, le conservateur Richard Martel avait aussi écrit précédemment à Chrystia Freeland, soit le 17 juin. Dans le document transmis mardi à Radio-Canada, le député faisait part des rumeurs sur ces tarifs.

Il proposait notamment d'établir une politique d'achat nord-américaine à faible empreinte carbone, de commander une étude sur les coûts et les délais de construction pour mieux faire face aux marchés émergents, de permettre l'accélération de la dépréciation des dépenses en capital et de développer davantage l'économie circulaire autour de l'aluminium.

Cette lettre a été envoyée conjointement avec son collègue de Prince-Albert en Saskatchewan, Randy Hoback.

Mme la vice-première ministre, nous serions ravis de nous entretenir avec vous pour obtenir le meilleur résultat possible pour l'industrie de l'aluminium et le Canada. Nous croyons que ce sont des positions avant-gardistes qui pourront faire la différence à long terme, avaient-ils mentionné.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !