•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La revitalisation du centre-ville de Rimouski attendra les prochains élus municipaux

La vue du front de mer du projet de revitalisation de la Grande Place à Rimouski.

Le projet de revitalisation de la Grande Place est remis à une autre année par l'administration de Marc Parent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de Rimouski, Marc Parent, justifie le report des projets de revitalisation de La Grande Place et de la Place des anciens combattants en disant miser sur des projets jugés plus prioritaires et par l’arrivée de la fin de son mandat à l'automne 2021.

Le conseil municipal s'est doté la semaine dernière d'une enveloppe annuelle de 32,7 millions de dollars dans le cadre de son plan triennal d'infrastructure, un montant qui ne peut être dépassé et qui signifie donc que la conception des plans et des devis pour le centre-ville de Rimouski est donc remise à nouveau.

En entrevue, le maire Marc Parent a d’abord justifié ce report en expliquant que des projets plus prioritaires seraient mis de l’avant par son administration.

Si vous me demandez : "est-ce que je préfère un aménagement de la Place des anciens combattants ou m'assurer, par exemple, que les citoyens de Rimouski ont de l'eau potable", c'est sûr que ce n’est pas aussi spectaculaire, mais je trouve que c'est plus important d'avoir l'eau potable, a-t-il illustré.

Or, un autre élément a pesé dans la balance, soit de respecter la prérogative du prochain conseil municipal. Car la préparation des plans et devis peut prendre environ de six mois à un an, selon le maire.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, pendant une séance du conseil municipal où tous les conseillers sont en visioconférence.

Le maire de Rimouski, Marc Parent (Archives)

Photo : Ville de Rimouski

Quand on a regardé les échéanciers, on s'est demandé si le conseil actuel pouvait décider d'investir un demi-million ou trois-quarts de millions de dollars dans la préparation de plans pour un projet qui ne sera peut-être pas prioritaire pour le prochain conseil municipal, explique le maire.

En entrevue à l'émission Info-réveil, Marc Parent a toutefois précisé qu'il espère que la démolition de La Grande Place puisse se faire en 2020, mais que la Ville est toujours en attente de l'autorisation du promoteur du projet, Groupe Sélection.

Fond « électoraliste »

Ainsi, des sommes ont été réservées jusqu’en 2021 pour effectuer la préparation des plans.

Une stratégie jugée prudente par Danielle Pilette, professeure associée au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Si elle juge le réflexe du maire rafraîchissant, Danielle Pilette craint qu’il puisse y avoir un fond électoraliste derrière les bonnes volontés de Marc Parent.

Il y a peut-être une considération électoraliste dans le sens qu’on va faire campagne en 2021 avec plus de ressources financières […] et avec plus de promesses, analyse-t-elle.

Elle comprend toutefois l’administration actuelle de ne pas nécessairement vouloir prêter le flanc à des accusations d’un nouveau conseil municipal après les prochaines élections ou d’être le bouc-émissaire pour une potentielle hausse de taxes.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Affaires municipales