•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Optimisme dans le monde de la construction résidentielle malgré la pandémie

Un ouvrier portant un masque sur un chantier.

Les chantiers de construction ont été fermés pendant environ un mois.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La Presse canadienne

Un important regroupement québécois d'entrepreneurs prévoit que la construction résidentielle se portera plutôt bien cette année et l'an prochain malgré les répercussions de la crise de la COVID-19.

Dans ses prévisions publiées mardi, l'Association des professionnels de la construction et de l'habitation du Québec (APCHQ) révèle qu'elle anticipait initialement un recul de 3 % de la construction résidentielle en 2020. Or, elle prévoit désormais 41 000 mises en chantier cette année au Québec, soit une diminution de 15 % par rapport aux 47 967 logements mis en chantier l'année dernière.

Paul Cardinal, directeur du Service économique de l'APCHQ, a observé qu'après l'arrêt des activités pendant quatre semaines à cause de la pandémie, l'activité a repris à un bon rythme et qu'à court terme la grande majorité des projets mis en marché vont être construits.

Ralentissement des ventes attendu

C'est plutôt à partir de la fin de l'automne que l'écoulement des nouvelles unités pourrait être un peu plus lent, sous l'effet du ralentissement économique et des pertes d'emplois, ce qui retardera le démarrage de certains projets, selon M. Cardinal.

L'APCHQ, qui compte quelque 18 000 membres, anticipe une année 2021 active, avec 40 000 mises en chantier, soit un repli d'à peine 2 %. Le segment de la maison individuelle devrait croître alors que la construction de logements collectifs va se tempérer un peu, même si elle continuera de dominer largement.

Paul Cardinal rappelle qu'au cours des dernières années, la demande de logements locatifs a grandement été nourrie par l'explosion du solde des résidents non permanents qui a culminé en 2019. Il observe toutefois qu'actuellement, les seuils d'immigration et de résidents non permanents sont un facteur difficile à prévoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !