•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation de cinq religieux à Joliette

Ces membres de la congrégation des Clercs de Saint-Viateur devront notamment répondre à des accusations d'abus sexuels sur des mineurs.

Façade de la résidence des Clercs de Saint-Viateur à Joliette.

Les cinq prêtres ont été arrêtés à la résidence des Clercs de Saint-Viateur, à Joliette.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

Cinq religieux, tous membres des Clercs de Saint-Viateur, ont été arrêtés par la Sûreté du Québec à Joliette dans une résidence de leur congrégation. Ils devront répondre à une série d'accusations pour des gestes à caractère sexuel posés envers de jeunes garçons.

Les cinq hommes ont été transportés au poste de la Sûreté du Québec de Mascouche pour y être interrogés.

Les crimes reprochés aux cinq suspects, âgés de 78 à 88 ans, auraient été commis entre 1961 et 1989 à Rigaud en Montérégie, à Pohénégamook au Témiscouata, à Matane en Gaspésie et à La Minerve dans les Laurentides.

Jean Pilon 78 ans, Gérard Whissell 81 ans, Roger Larue 88 ans, Laurent Madore 83 ans et Raoul Jomphe 86 ans, qui enseignaient notamment dans des collèges, devront faire face à plusieurs chefs d’accusation, dont grossière indécence, agression sexuelle et attentat à la pudeur. Tous ont plaidé non coupables.

Ça faisait longtemps que j'attendais ce moment, a confié à Radio-Canada une des présumées victimes que l'on ne peut nommer en raison d'un interdit de publication. Le processus judiciaire commence, à un moment ça va aboutir, a ajouté cette même personne qui indique avoir été abusée il y a 35 ans mais qui a gardé le silence pendant 33 ans.

Elle fait partie d'un groupe d'une quinzaine de personnes qui ont décidé de porter plainte au criminel, en parallèle du recours collectif autorisé en 2012.

Bien que plusieurs victimes aient été identifiées par les policiers à ce jour, la Sûreté du Québec incite toute personne qui aurait des informations sur cette affaire ou qui aurait été victime des suspects à contacter la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec.

La communauté des Clercs de Saint-Viateur n'a pas voulu commenter l'arrestation de cinq de ses membres en raison des procédures judiciaires en cours.

Nous ne pouvons pas émettre de commentaires actuellement. Nous ne voulons pas nuire au processus judiciaire. Mais, nous collaborons avec la police et la justice pour faire la clarté dans ce dossier. C'est tout ce que nous pouvons vous dire dans le respect du processus et des personnes concernées, a déclaré la communauté à Radio-Canada dans un courriel.

Action collective contre les Clercs de Saint-Viateur

Dans une lettre envoyée aux médias, le cabinet d'avocats Arsenault Dufresne Wee rappelle qu'il représente 270 personnes actuellement inscrites dans le cadre d'une action collective [une procédure intentée au civil] contre la congrégation des Clercs de Saint-Viateur du Canada.

Les faits reprochés par plusieurs des plaignants se sont produits principalement au Collège Bourget, mais aussi dans une vingtaine d'autres établissements, précise la firme d'avocats qui souligne que depuis l'abolition par le gouvernement du Québec du délai de prescription pour les recours civils, il est désormais possible de dénoncer des agressions sexuelles à n'importe quel moment.

Des centaines de personnes sont inscrites au Québec dans diverses actions collectives contre des congrégations religieuses pour obtenir réparation à la suite d'agressions sexuelles ou de comportements répréhensibles de la part de religieux à leur égard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !