•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Calgariens demandent des fonds d’urgence pour se remettre de la tempête

Une moto et des voitures sont garées dans une rue de Calgary remplie de grêlons.

Le nord-est de Calgary a été frappé par de la grêle et des inondations le 13 juin causant des dégâts importants aux véhicules et aux maisons.

Photo : Fournie par Candeena Langan

La tempête de grêle qui a fait des dégâts pour une somme de 1 milliard de dollars à Calgary le 13 juin devrait être officiellement considérée comme une catastrophe naturelle, selon neuf groupes communautaires. Ces derniers demandent au gouvernement provincial de libérer les fonds nécessaires pour y répondre.

Khalil Karbani estime qu'il n'est pas très difficile de voir que la grêle et les orages qui ont frappé la ville le 13 juin ont eu des conséquences catastrophiques.

Il y avait du verre partout, de l’eau partout, et des grêlons gros comme des balles de tennis, dit Khalil Karbani.

Des grêlons ont brisé les fenêtres de sa maison et endommagé le toit, ce qui a causé quelque 15 000 $ de dégâts, selon ses estimations. En tenant compte du coût de la franchise, il dit que sa compagnie d’assurance ne couvrira qu’environ 20 % de cette somme.

Le Bureau d’assurance du Canada a reçu quelque 20 000 demandes concernant la tempête.

De l’aide financière, c’est ce dont nous avons besoin maintenant et nous ne l’obtenons pas.

Une citation de :Khalil Karbani

Khalil Karbani a écrit une lettre au nom de neuf organismes communautaires du nord-est de la métropole pour demander au premier ministre, Jason Kenney, de débloquer le Fonds d’aide pour les catastrophes naturelles, comme il l’a fait en mai pour les inondations de Fort McMurray.

Ce n’est vraiment pas réaliste de penser que les habitants vont se remettre de cette catastrophe sans un important soutien du gouvernement, écrit M. Karbani.

Il s'agit d'un montage photo. À gauche se trouve un homme dévoué dans une rue inondée. À droite, on voit une image d'une voiture à la vitre arrière explosée.

Des inondations, des grêlons de la taille d'une balle de tennis et des orages ont causé des dégâts importants dans certains quartiers de Calgary.

Photo : Saad Taleb/Carolyn Laurin

Khalil Karbani souligne que beaucoup de personnes vivant à Calgary vivaient déjà dans une certaine insécurité financière en raison de la pandémie et de la chute des prix du pétrole. Beaucoup d’habitants du nord-est de la ville sont également des immigrants.

Selon l’organisme Foundation For The Voice Of Immigrants In Canada For Empowerment (VOICE), ils sont nombreux à avoir pris des régimes d’assurance moins complets pour réduire leurs coûts.

Les gens n’ont pas d’argent, ils sont encore aux prises avec la COVID-19, explique Khondoker Morshed, qui est un membre de VOICE. Ce n’est pas parce qu’ils sont avares qu’ils n’ont pas une assurance complète, c’est qu’ils n’en ont pas les moyens.

Le gouvernement se fiera à l’Agence de la gestion des urgences

L’opposition officielle a commencé à faire pression sur le gouvernement dès le 16 juin pour exiger qu’il considère la tempête comme une catastrophe naturelle et libère des fonds pour les sinistrés.

Le député néo-démocrate de Calgary-McCall, Irfan Sabir, a réitéré cette demande lundi en présentant la lettre des groupes communautaires à l’Assemblée législative.

Pourquoi continuez-vous d’ignorer leurs appels à l’aide? , a-t-il demandé au premier ministre.

Jason Kenney lui a répondu que la décision du gouvernement doit se baser sur des considérations scientifiques et que l’Agence de gestion des urgences de l’Alberta étudie la question actuellement.

Nous attendons le rapport de l’Agence de la gestion des urgences pour savoir si ce qui s’est passé correspond à la définition légale d’une catastrophe. Nous continuons aussi à travailler de près avec la Ville et les compagnies d’assurance.

Une citation de :Jason Kenney, premier ministre de l’Alberta

Le ministère des Affaires municipales a précisé dans un courriel à Radio-Canada qu’il n’avait pas encore reçu de demande formelle de la part de la Ville de Calgary pour obtenir des fonds d’aide aux catastrophes naturelles.

Le courriel note que ces fonds sont destinés à couvrir les dommages qui ne peuvent pas être couverts par des assurances. 

La majorité des dommages [à Calgary)] est assurable [….] Nous nous attendons à ce que les compagnies d’assurance collaborent et respectent leurs engagements pour les habitants qui ont souscrit une assurance dans une telle situation. Le gouvernement est prêt à aller plus loin si ça s’avère nécessaire, précise le courriel.

Le premier ministre a ajouté sur Twitter que les députés travaillent sans relâche pour aider les gens à faire leurs réclamations, et l'Alberta va rapidement étudier toute demande de la part de la Ville pour une aide réservée aux catastrophes afin de répondre à cet orage dévastateur.

En mai dernier, le gouvernement albertain a débloqué un Fonds d’aide pour les catastrophes naturelles de 147 millions de dollars pour aider les sinistrés de la région de Fort McMurray. Les dommages causés par les inondations y étaient estimés à près de 230 millions de dollars.

Avec des informations de Tahirih Foroozan et Dan McGarvey

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !