•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les discussions autour d'une exposition sur la purge LGBT sont suspendues

Le Musée canadien des droits de la personne vu de l'extérieur en plan large, entouré d'espaces verts, avec des bâtiments du centre-ville de Winnipeg en arrière-plan.

Le Musée canadien des droits de la personne dit avoir lancé une enquête interne à la suite d'accusations de censure d'exposition avec du contenu homosexuel.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Radio-Canada

À la suite de révélations sur la censure de contenus touchant à la diversité des genres et des orientations sexuelles par la direction du Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), les discussions entre le Fonds Purge LGBT, qui devait mettre sur pied une exposition sur la purge LGBT et l’établissement sont à l’arrêt.

Les accusations sont très sérieuses, et les réponses doivent être à la hauteur, dit le Fonds Purge LGBT, dans un communiqué lundi.

Cette société à but non lucratif a été constituée en 2018 pour gérer un fonds de 15 à 25 millions de dollars, selon son site Internet. Elle a été créée à la suite d’un recours collectif intenté contre le gouvernement du Canada par des membres de la communauté LGBT qui étaient des employés de la GRC, de la fonction publique et des Forces armées canadiennes.

Le Fonds indique qu'il a été mandaté à la suite du recours collectif et d'un ordre de la cour pour mettre sur pied une grande exposition au MCDP sur la purge LGBT.

Cette période de l’histoire canadienne a duré des années 1950 jusqu'aux années 1990. Pendant ces quatre décennies, des milliers de fonctionnaires publics fédéraux ainsi que des militaires et des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont perdu leur emploi à cause de leur orientation sexuelle.

L’exposition permanente sur cette partie sombre de l’histoire devait être lancée en 2022 ou 2023.

Réactions à la chaîne

Jeudi dernier, CBC News a révélé que le Musée a forcé des employés à ne pas dévoiler des contenus homosexuels dans des visites guidées à la demande de certains visiteurs, notamment des groupes scolaires religieux.

Après avoir eu connaissance de ces accusations, nous avons contacté les officiels du Musée immédiatement pour leur dire à quel point nous avons été profondément touchés et troublés par ces plaintes.

Le Fonds purge LGBT

Le Fonds demande au Musée de faire toute la lumière sur ces accusations et de mettre en place un plan d'action concret pour lutter contre la discrimination.

Le communiqué survient à la suite de la décision de Fierté Winnipeg d’annuler une cérémonie d’accueil qui devait se tenir au Musée dans le cadre d'une conférence de Fierté Canada Pride en 2022.

L'ancien maire de Winnipeg Glen Murray a aussi annoncé sa démission de l’organisme de financement du Musée.

Le président-directeur général du Musée, John Young, a déclaré qu’il ne chercherait pas à obtenir un nouveau mandat quand son contrat touchera à sa fin au mois d'août. John Young et la direction du Musée ont aussi publié des excuses publiques.

Une décision en suspens

Le Fonds est rassuré de voir que le Musée a engagé une avocate pour mener une enquête sur les accusations de discrimination.

Il ajoute qu’il prendra une décision à propos de ses relations futures avec le MCDP en temps et lieu.

Selon la porte-parole du MCDP, Maureen Fitzhenry, le Musée discute avec le Fonds au sujet de ses préoccupations.

Maureen Fitzhenry indique dans un communiqué : Nous comprenons et respectons leur désir de transparence et leur volonté de voir le Musée aller au-delà des paroles pour démontrer son engagement à éradiquer le racisme systémique, la discrimination et l’homophobie dans son milieu de travail.

Avec les informations d'Austin Grabish

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Droits et libertés

Société