•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voies actives sécuritaires : Valérie Plante défend son « urbanisme tactique »

De nombreux panneaux de signalisation dans une rue de Montréal.

La circulation peut s'avérer labyrinthique dans certaines rues de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Maud Cucchi

« Est-ce qu’on peut laisser la chance au coureur? », demande la mairesse de Montréal, qui souhaite que les résidents mécontents de ses aménagements sanitaires se rappellent les motivations derrière ces mesures exceptionnelles.

La santé publique nous disait qu’il faut se distancer, respecter deux mètres. Comme administration, on a décidé de poser des gestes pour le faire, a justifié la mairesse en conférence de presse, lundi après-midi.

Je trouve ça dommage qu’en ce moment, les gens oublient les raisons sous-jacentes à ça. Il s’agissait de chercher des solutions fortes pour une situation exceptionnelle à Montréal, selon elle.

À la mi-mai, la Ville de Montréal avait décidé de transformer plus de 300 kilomètres en voies cyclables et piétonnes, avec pour objectif notamment d’aider les commerçants locaux et de faciliter la circulation des personnes en respectant la distanciation physique préconisée par la santé publique.

Dans certains quartiers, les riverains se sont plaints des nuisances occasionnées par les changements d’aménagement urbain à tel point que l'ombudsman de la Ville de Montréal a annoncé l'ouverture d'une enquête sur la mise en place de ces nouvelles voies cyclables et piétonnes.

L’impopularité des mesures a poussé la Ville de Montréal à démanteler le corridor sanitaire piéton situé du côté sud de la rue Rachel, majoritairement situé dans l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Sur Rachel, les données du couloir n'étaient pas au rendez-vous, on l’a démantelé, a rétorqué Valérie Plante.

La mairesse continue de défendre l’idée qu’il n’était pas possible de mener des consultations publiques au préalable, dans les circonstances, dans la mesure où le processus peut prendre jusqu’à 6 mois et qu’il fallait agir rapidement.

Elle invite toutefois les Montréalais à faire part de leurs critiques à leurs élus. Qu’ils nous partagent l’information et on va s’ajuster, assure-t-elle. S’il y a une autre vague, on agira différemment.

Maquette de la station Griffintown-Bernard-Landry du REM

Le quartier Griffintown et la Cité du Multimédia seront désormais reliés par la nouvelle la station Griffintown-Bernard-Landry du REM.

Photo : Groupe CNW/Réseau express métropolitain - REM

Une station du REM baptisée en l’honneur de Bernard Landry

La mairesse Plante a aussi annoncé que la station du Réseau électrique métropolitain (REM) dans le secteur du bassin Peel portera le nom de Griffintown — Bernard Landry.

Décédé en 2018, l'ancien premier ministre péquiste est la seule personnalité qui aura son nom associé à l’une des stations du REM, toutes désignées par leur emplacement.

Son patronyme a été préféré à celui d'un personnage irlandais que plébiscitait plutôt la population d'origine irlandaise dans le secteur, a expliqué Pierre Barrieau, chargé de cours en études urbaines et touristiques à l'émission Le 15-18.

Avec cette station, on reconnaît la contribution de M. Landry, son nom va marquer le tissu urbain de la métropole et on s’en réjouit, a présenté Mme Plante.

Plan de la nouvelle station Griffintown-Bernard-Landry.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La nouvelle station est située entre les rues Ottawa et William et sera intégrée à la structure ferroviaire du Viaduc Sud.

Photo : Radio-Canada / Groupe CNW/Réseau express métropolitain - REM

Située à cheval entre le quartier Griffintown et l'arrondissement Ville-Marie, et plus précisément entre les rues Ottawa et William, la station Griffintown — Bernard-Landry reliera quatre établissements universitaires, soit l'Université de Montréal, Polytechnique, l'Université McGill et l'École de technologie supérieure (ÉTS).

Elle sera intégrée à la structure ferroviaire du Viaduc Sud, un bâtiment-pont où d’importants travaux de rénovation sont en cours de réalisation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale