•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de 20 cas de COVID-19 dans les services de garde du Québec depuis la réouverture

Un éducatrice désinfecte son local où des enfants s'amusent.

Une éducatrice désinfecte son local, une des nombreuses nouvelles tâches liées à la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Radio-Canada

Depuis la réouverture des services de garde au Québec, soit le 11 mai pour les zones dites froides et le 1er juin pour la Communauté métropolitaine de Montréal, 19 cas de coronavirus ont été signalés.

C'est le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, qui a dévoilé ce chiffre, à l'occasion d'une conférence de presse pour annoncer des subventions portant sur la conciliation travail-famille-études, lundi à Montréal.

Le ministre s'est réjoui de cette donnée, compte tenu de l'ampleur de la pandémie de la COVID-19 dans la communauté. C'est très peu, voire marginal, a-t-il commenté.

Au total, depuis le début de la pandémie, ce sont 87 cas qui ont été déclarés dans l'ensemble des services de garde au Québec, a ajouté le ministre de la Famille.

Il a rappelé que des milliers d'enfants sont accueillis dans ces services de garde, dans l'ensemble du Québec.

Le ministre Lacombe s'est donc déclaré confiant pour la suite des choses.

Finis les deux mètres

Depuis lundi au Québec, les enfants ne sont plus tenus de respecter la distance de deux mètres entre eux dans les services de garde. La distanciation n’est également plus requise entre les enfants et leurs éducatrices.

Les règles de distanciation s’appliquent toujours entre adultes. Le port du masque et de la visière est toujours nécessaire.

Le nombre d’enfants par établissement est lui aussi revenu à la normale lundi, sauf dans le Grand Montréal, à Joliette et à L'Épiphanie, où se sera le cas le 13 juillet.

Le réseau de centres de la petite enfance de la province pourrait par contre souffrir d’un manque criant de personnel plus tôt que tard, si l’on se fie à l'Association québécoise des CPE. Le manque à gagner pourrait être aussi important que 3000 travailleurs

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !