•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refuge de l'Armée du Salut : malgré le revers, SOS Vanier entend poursuivre son combat

Selon une maquette du projet de l'Armée du Salut, le nouvel édifice compterait une demi-douzaine d'étages.

L'Armée du Salut veut construire un nouvel immeuble dans le secteur de Vanier, à Ottawa (archives).

Photo : Armée du Salut

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La déception est vive au sein des groupes citoyens qui s’opposent au projet de refuge de l’Armée du Salut au 333, chemin de Montréal, dans l'est d'Ottawa, après la décision rendue vendredi par le Tribunal d’appel de l’aménagement local. Ils souhaitent néanmoins continuer de faire pression.

Le tribunal a affirmé que les modifications de zonage prévues pour l’implantation du nouveau refuge controversé sont appropriées. Les requérants dans ce dossier n’ont pas encore décidé s’ils comptaient en appeler de la décision.

La première initiative que l’Association va entreprendre, c’est de parler avec les résidents. Nous voudrions le faire en alignant nos objectifs avec ceux de la communauté, a expliqué Lauren Touchant de l’Association communautaire de Vanier, lors d’un point de presse virtuel lundi.

Ce qui donne espoir aux divers regroupements malgré l’échec de leur plus récent recours légal, c’est l’amendement présenté par l’Armée du Salut en juin 2019. L’organisme avait revu à la baisse le nombre de lits d’hébergement d’urgence de son futur établissement.

C’est un bon point de départ pour commencer les négociations et voir comment on peut aider les personnes itinérantes, a rappelé le fondateur de SOS Vanier, l'homme d'affaires Drew Dobson. La route sera longue, il y a beaucoup de discussions à avoir.

Drew Dobson lors d'une mêlée de presse.

Le fondateur de SOS Vanier, Drew Dobson (archives)

Photo : Radio-Canada / Mama Afou

L’Armée du Salut devra nécessairement inclure les citoyens du quartier dans les prochaines étapes de son projet, pense également Mme Touchant. Il faut qu’ils reviennent à la communauté, qu’ils nous consultent, mais jusqu’à présent, on n’a pas eu signe de vie, a-t-elle déploré.

Elle n’est pas la seule à être dans le noir relativement à ce dossier. Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, affirme avoir tenté, sans succès, de contacter les dirigeants de l’Armée du Salut pour les rencontrer.

De notre côté, on veut discuter, mais il faut aussi avoir un partenaire qui veut négocier de bonne foi, a-t-il relaté.Les opposants au projet de l’Armée du Salut ont aussi fait valoir qu’ils comptent militer, de façon plus large, pour l’implantation de nouvelles solutions en matière de logement.

« Les modèles de refuge dans le marché By n’ont pas fonctionné, et ils ne fonctionneront pas dans aucune communauté à Ottawa. »

— Une citation de  Mathieu Fleury, conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier

Pour nous, c’est un point de départ dans cette conversation, et il va falloir qu’on focalise sur l’initiative Logement d’abord [un programme qui offre des logements à long terme aux personnes itinérantes]. Il y a besoin de bâtir davantage de logements abordables et de logements de transition, a souligné Mme Touchant de l'Association communautaire de Vanier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...