•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Co-op de Regina : entente ratifiée, les syndiqués attendent le retour au travail

Des membres d'Unifor avec des drapeaux sont dehors tout près du site de la raffinerie Co-op de Regina.

Tout au long du conflit, les membres de la section locale 594 d'Unifor se sont fait entendre lors de nombreux rassemblements.

Photo : The Canadian Press / Mark Taylor

Radio-Canada

89 % des membres de la section locale 594 d’Unifor qui se sont prononcés lundi ont voté pour l’entente de principe conclue la semaine dernière entre le comité de négociation du syndicat et celui de la raffinerie Co-op de Regina. Cette entente, d’une durée de sept ans, « assurera la stabilité de notre main-d’oeuvre », se réjouit l’entreprise.

La prochaine étape qui attend les deux parties est d’entamer le processus de retour au travail des employés. Le syndicat Unifor dit avoir déjà pris contact avec les dirigeants de la raffinerie pour organiser une réunion où ils pourront discuter des licenciements temporaires et bien plus.

Nous sommes sincèrement heureux que nos employés retournent au travail, avoue Gil Le Dressay, vice-président de l’exploitation de la raffinerie, pour qui cette entente « met en équilibre l’appréciation des employés syndiqués avec les réalités fiscales du secteur du raffinage ».

Consignes et rappels aux membres d’Unifor :

  • Supprimer toutes les publications en lien avec le lock-out sur Facebook, Twitter et Instagram avant le 25 juin prochain, à 16 h.
  • Envoyer leur nom complet, leur courriel et leur numéro de téléphone portable à la raffinerie Co-op de Regina.
  • La raffinerie peut maintenant contacter les membres pour les enquêtes disciplinaires pour des entretiens en personne ou par vidéoconférence. Le syndicat encourage ses membres à participer à une telle réunion avec un représentant syndical.
  • Tous les membres affectés à un poste délicat pour la sécurité devront passer les tests nécessaires pour s’assurer que ledit travailleur n’a pas consommé de drogues ou d’alcool.

Le syndicat invite également ses membres à se comporter de la meilleure façon possible lorsqu’ils retourneront au travail. C’était le premier, et heureusement le dernier, arrêt de travail en 78 ans d’existence de notre section locale. Il sera difficile pour certains de réintégrer le marché du travail, mais nous devons le faire la tête haute, puisque nous sommes solidaires les uns les autres, informe le syndicat par voie de communiqué, avouant que ce fut « la période la plus difficile de son histoire ».

Gil Le Dressay abonde dans le même sens, en étant convaincu que ce conflit de plus de six mois fait en sorte que nous en sortirons avec une équipe et une organisation plus fortes.

Conflit de travail à la raffinerie Co-op de Regina

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Relations de travail