•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pow wow urbain à Sept-Îles pour la Journée nationale des autochtones

Un danseur traditionnel exécute une danse devant le public.

Le danseur traditionnel Sheldon Bérubé avait revêtu un costume aux couleurs flamboyantes.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Radio-Canada

Masques et distanciation physique étaient au rendez-vous pour la Journée nationale des peuples autochtones à Sept-Îles. Si la COVID-19 n'a pas eu raison de cette journée spéciale, les célébrations ont dû être repensées cette année.

Les artistes ont toutefois évité de se rendre sur le territoire de la communauté de Uashat mak Mani-utenam, qui est toujours fermé aux non-résidents, dans le but de limiter la propagation du virus. 

Joyce Grégoire, directrice du Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles.

Joyce Grégoire, directrice du Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

On n’a pas [précisé d’endroit] pour éviter qu’il y ait trop de rassemblements, explique la directrice du Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles, Joyce Grégoire. C’est différent, il faut s’adapter et il faut écouter les recommandations de la Santé publique. Ça, c’est très important.

Le virus n'a donc pas empêché les Innus de la région de célébrer leur culture et de profiter de cette journée vouée à l'héritage, à la diversité et aux réalisations des Premières nations, des Inuits et des Métis au Canada.

Une grand-mère et des enfants regardent le spectacle.

Les grands-mamans, comme les enfants, étaient heureuses de sortir pour célébrer leur culture.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

C’est l’identité autochtone, la fierté d’être autochtone, souligne la directrice. C'est ça qu’on veut démontrer aux gens qui participent, d’apprendre à nous connaître.

Le Centre d’amitié autochtone c’est de bâtir des ponts entre les peuples.

Joyce Grégoire, directrice du Centre d’amitié autochtone de Sept-Îles
L’auteur-compositeur Dan Georges Mckenzie et ses musiciens.

L’auteur-compositeur Dan-Georges McKenzie et ses musiciens

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Pour l’auteur-compositeur Dan-Georges McKenzie, c’est une question de fierté.

La fierté de faire partie des premières nations, la fierté de chanter dans notre langue aussi, ce qui est très important aussi, mentionne-t-il. On a pris la chance et l’opportunité surtout et on est allés dans ce sens-là

Pour sa part, Sheldon Bérubé exprime sa fierté par la danse traditionnelle, pour montrer notre culture et montrer qu’on est toujours en vie, dit-il.

Ailleurs au pays, la Journée nationale des peuples autochtones a eu un goût amer pour certains cette année. En plus de la pandémie, des deuils et le contexte de dénonciation du racisme systémique ont assombri les célébrations.

D’après le reportage de Laurence Royer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Autochtones