•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mississauga : la famille de l'homme tué par la police demande une enquête publique

Ejaz Ahmed Choudry.

Ejaz Ahmed Choudry, 62 ans, est mort samedi.

Photo : Photo offerte par la famille

Radio-Canada

La famille de l'homme qui a été tué par la police après trois heures de négociations, samedi à Mississauga, demande une enquête publique pour faire toute la lumière sur l’incident.

La famille de Ejaz Ahmed Choudry dit n’avoir aucunement confiance dans l’Unité des enquêtes spéciales (UES).

Ibrahim Hindy, le président du Conseil musulman de Peel, a pris la parole durant la conférence de presse et s’exprimait au nom des membres de la famille qui étaient présents à ses côtés. Nous demandons à nos leaders politiques de répondre à cet appel pour une enquête publique , a-t-il expliqué.

Selon la famille, la victime aurait été « assassinée » par la police.

M. Choudry a été tué par balles dans son appartement, samedi en soirée. L’UES a déjà ouvert une enquête. Selon son communiqué émis dimanche en après-midi, neuf policiers ont été témoins de l’affaire et ont tous été interviewés.

Selon la famille, qui a donné une conférence de presse en après-midi dimanche, l’homme de 62 ans était physiquement faible et était aux prises avec une crise de schizophrénie. Sa fille, qui était avec lui dans son appartement, a appelé l’ambulance.

Selon M. Hindy, les ambulanciers ont appelé la police lorsqu’ils ont compris que la victime était en possession d’un couteau. Les policiers auraient ensuite évacué l’appartement. En voyant les policiers qui encerclaient l’entrée de l’appartement, M. Choudry se serait barricadé.

Toujours selon la famille, les policiers auraient fait rapidement monter la tension, criant des ordres dans un porte-voix et menaçant de défoncer la porte. Ils affirment aussi que la victime ne parlait pas l’anglais.

Puis, un policier de l’unité des interventions d’urgence aurait pénétré par une fenêtre à l’arrière de l’immeuble et aurait tué M. Choudry à l’aide de son arme de service.

M. Hindy a d'ailleurs publié une vidéo de l'incident sur son compte Twitter.

Attention, les images de la vidéo qui suit pourraient choquer.

Vous l’avez assassiné

Nous croyions que la police et les ambulanciers étaient là pour nous aider. Mais après ce qui s’est passé [samedi], nous comprenons que personne ne nous aidera. Il ne représentait pas une menace, il ne menaçait personne. Il était seul, chez lui, où il se sentait en sécurité, et vous vous êtes introduits de force , selon Hashim Choudry, le neveu de la victime.

Vous vous êtes introduits de force dans sa maison (...) et vous l’avez assassiné.

Hashim Choudry, neveu de la victime

Hashim Choudry affirme que son oncle était inoffensif. Il peinait à se déplacer, il ne pouvait pas faire plus de trois ou quatre pas avant de devoir s’assoir, il était exténué après trois ou quatre pas. (...) Il avait peur des policiers en uniforme. Oui, il avait un couteau, oui, il aurait pu se faire mal à lui-même. Mais vous auriez pu attendre.

Vous avez attendu 30 minutes, vous avez défoncé la porte et vous l’avez tué, et pas seulement avec une balle, pas deux balles, mais bien avec six coups de feu.

Hashim Choudry, neveu de la victime

Nous n'avons aucune confiance dans l’Unité des enquêtes spéciales. Elle n’est supervisée par personne. Leur historique prouve qu’une quantité négligeable de policiers ayant commis des actes de brutalité en sont tenus responsables , a ajouté M. Hindy.

La mairesse demande à l’UES d’agir rapidement

La mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie, a émis ses condoléances à la famille dans une publication sur Twitter, dimanche.

Elle a également demandé à l'UES d'agir rapidement. Elle a ajouté que le budget de la police régionale de Peel pour l'année prochaine sera examiné sous un angle différent .

Notre objectif est de soutenir les personnes vulnérables et de garantir que ces incidents ne se reproduisent plus , a-t-elle ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !