•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeu pour apprendre aux jeunes à gérer le stress

Deux enfants, dehors jouent à un jeu de société.

Le reportage de Valérie Cloutier

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Savoir gérer le stress est un atout, à tout âge. Un nouveau jeu de société fabriqué à Québec vise à aider les enfants et les adolescents à acquérir plus de « zénitude » face aux situations stressantes.

Deux jeunes de 12 ans, Victoria et Noah, ont testé le jeu Zenda, des Éditions Passe-Temps.

Évidemment en ce moment, ça tombe à point parce que la crise de la COVID- 19 a créé un contexte stressant pour tout le monde, souligne Julie Parent, orthophoniste et coordonnatrice aux Éditions Passe-Temps.

C’est une idée sur laquelle on travaille depuis un bon moment. À la base, l’idée a été proposée par une travailleuse sociale et une psychoéducatrice qui voyaient là un besoin important d’épauler les enfants et leurs parents dans la compréhension et la gestion du stress.

Deux étudiantes du Centre d’étude sur le stress humain de l'Université de Montréal ont contribué à l’élaboration du jeu, dont le visuel n’est pas sans rappeler le film animé Kung Fu Panda.

Un jeu de société avec un temple, des cartes et des instructions.

« Zenda, le maître du stress», un jeu créé pour enseigner la « zénitude » aux 7 à 14 ans.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Victoria et Noah viennent tout juste de finir leur scolarité du primaire. Ils s’entendent tous deux pour dire qu’ils ont déjà eu à affronter différentes situations plus ou moins stressantes vécues notamment à l’école. Le jeu Zenda les intrigue, et ils écoutent attentivement les instructions.

Un jeu coopératif

Premier constat, premier étonnement : Zenda est un jeu coopératif, c’est-à-dire que tous les joueurs font partie d’une même équipe, celle du panda Zenda. C’est le pion Ninja qui joue le rôle de l'adversaire.

C’est une mécanique de jeu qui est beaucoup apprécié, parce que c’est une façon d’inciter les enfants à jouer ensemble dans un objectif commun. Ça évite de placer les joueurs dans une situation anxiogène de performance, explique Julie Parent.

Le jeu a été créé selon les dernières données scientifiques probantes à propos du stress chez les jeunes. Le jeu s’attarde aux sources de stress dans leur quotidien, que ce soit à l’école, à la maison ou entre amis, précise-t-elle.

C’est réellement à ces âges-là, soit entre 7 à 14 ans, que les habiletés vont émerger et se consolider. Donc, c’est pour cette raison que le jeu s’adresse à cette tranche d’âges.

Les joueurs doivent se rendre au temple en répondant à quelques-unes des 90 cartes-questions réparties en deux niveaux de difficulté. Des défis zen sont lancés aux joueurs qui doivent répondre à des questions à choix multiples ainsi qu’à développement.

Le diagnostic des jeunes testeurs

Noah accorde une note de 7 sur 10 au jeu Zenda.

Les plus : J’ai vraiment aimé ça parce que le jeu t’apprend des choses, et c’est le fun, les défis que tu as à faire : faire cinq pompes, respirer avec un objet sur le ventre... Moi, je trouve que c’était un jeu plus drôle que sérieux, en particulier à cause des questions.

Les moins : Je dirais que, quand on pige une carte pour qu’on avance, il faudrait qu’il y ait aussi des cartes pour qu’on recule au lieu d’avancer. Ça donnerait plus de défis.

Victoria accorde une note de 8 sur 10 au jeu Zenda.

J’ai trouvé le jeu vraiment intéressant, et j’ai appris des trucs sur le stress. Par exemple, que la musique et le rire font évacuer le stress. Aider les autres peut nous aider aussi. Tout le monde a un caractère différent, donc on ne sait pas comment les autres vont réagir aux questions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !