•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un feu de camp à l'origine de l'incendie de forêt au Lac-Saint-Jean

Pierre Dufour tient une photo dans ses mains et montre le feu de camp qui aurait été mal éteint la semaine dernière.

Le ministre de la Forêt, des Faunes et des Parcs, Pierre Dufour, montre la photo de l'emplacement où le feu aurait commencé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les autorités pensent que l'origine du brasier serait un feu de camp mal éteint qui s'est propagé à la forêt et qui a ensuite été poussé plus au nord par le vent.

L'emplacement du feu de camp laisse penser que ce ne sont pas des villégiateurs qui l'ont allumé, mais plutôt des gens de passage, probablement en bateau.

Les autorités tiennent à rappeler que l'indice d'inflammabilité est extrême en ce moment et que, malgré l'approche de la Saint-Jean, il faut sérieusement réfréner son envie d'allumer un feu de joie.

Un feu mal éteint peut causer énormément de dommage, comme on le voit présentement.

Le ministre des Forêts, des Faunes et des Parcs, Pierre Dufour
Andrée Laforest et Pierre Dufour.

La ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Andrée Laforest, et le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, ont survolé le feu.

Photo : Thomas Laberge

De la pluie espérée

Des pompiers de l'Ontario et du Manitoba viendront en renfort aujourd'hui. Au total, 350 pompiers de plus doivent prêter main-forte à leurs 75 collègues québécois. Des avions-citernes supplémentaires sont aussi déjà sur place depuis dimanche.

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) pense toutefois qu'à ce point-ci, il faudra de la pluie pour maîtriser l'incendie.

Une vue du feu.

Vue depuis un avion de la SOPFEU.

Photo : SOPFEU

La superficie du brasier est désormais évaluée à environ 62 000 hectares, soit 4000 de plus que samedi.

La SOPFEU indique que même si le feu n’est toujours pas maîtrisé, il est possible de le diriger, mais les températures élevées et le bas taux d’humidité des derniers jours rendent la situation difficile. L'organisation attend donc la pluie pour réussir à diminuer l’intensité du brasier et peut-être l’éteindre à certains endroits, pour ensuite pouvoir mieux le circonscrire.

Présentement, on est mode préservation des installations. On fait des choix stratégiques pour éviter d’endommager certains secteurs, a avoué en conférence de presse le directeur général de la SOPFEU, Éric Rousseau.

Selon l'organisme, le feu semble contrôlé à l’est, mais il a repris de la vigueur dans l’ouest en raison du changement de direction du vent.

Les pompiers du secteur ouest ont d'ailleurs été évacués. Des avions-citernes ont pris le relais pour tenter de diminuer l'intensité des flammes.

Un soupir de soulagement

Depuis le début de l'incendie, les pompiers se sont employés à le garder à distance de la centrale Péribonka IV. Il s'est finalement rendu à 1 km de l'installation, une distance qui a été agrandie depuis : le brasier est maintenant à 2 km.

Du déboisement préventif a été effectué aux abords de la centrale, qui est protégée par de gros gicleurs, selon un porte-parole d'Hydro-Québec.

L'avertissement de smog touchant le Lac-Saint-Jean diffusé samedi avant-midi est aussi maintenant levé, même si une entêtante odeur de fumée flotte toujours dans l'air.

Cet incendie n'est pas le plus gros à survenir dans la région. En 2010, un feu de forêt a atteint 100 000 hectares, ce qui est environ la superficie du lac Saint-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !