•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

500 chiots, dont 38 morts, retrouvés à Toronto dans un vol en provenance de Kiev

Trente-huit animaux étaient morts à leur arrivée.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Plusieurs avions de la compagnie Ukranian International Airlines sur le tarmac de l'aéroport de Kiev.

Le reportage de Camille Gris-Roy

Photo : Reuters / VALENTYN OGIRENKO

Radio-Canada

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) enquête sur la découverte de dizaines de chiens morts ou en piètre état de santé à bord d'un récent vol en provenance d'Ukraine.

L'ACIA confirme qu'un vol d'Ukraine International Airlines est arrivé à l'aéroport international Pearson de Toronto depuis Kiev samedi dernier avec environ 500 chiots bouledogues français à son bord.

Lors de l'inspection, il a été constaté que 38 animaux étaient morts à leur arrivée, a indiqué un porte-parole dans un communiqué. Les responsables de l'ACIA enquêtent actuellement sur les circonstances entourant cet incident et détermineront les prochaines étapes une fois l'enquête terminée.

Abby Lorenzen est maître-chien professionnelle, et se trouvait dans la zone de cargaison de l'aéroport de Toronto pour récupérer un autre animal. Elle a qualifié la scène de film d’horreur. C’était un cauchemar, a-t-elle déclaré à CBC News.

Ukraine International Airlines a refusé la demande d'entrevue faite par CBC News. Un porte-parole de la compagnie aérienne a affirmé, dans une brève déclaration, collaborer avec les autorités locales pour déterminer ce qui s'est passé.

Tout le monde à Ukraine International Airlines présente ses condoléances pour la perte tragique de vies animales sur notre vol , peut-on lire dans le communiqué.

Ukraine International Airlines est membre de l'International Air Transport Association (IATA). Ses membres doivent suivre des règles liées au transport des animaux vivants. Par exemple, la plupart des transporteurs canadiens n'autorisent que deux caisses à claire-voie par vol et refusent de transporter des animaux en cage si les températures dépassent 29,5 °C.

« De grandes usines à chiots »

Selon des défenseurs de la cause animale, il y a plusieurs usines à chiots en Europe de l'Est.

Ces grandes usines à chiots […] hébergent et élèvent des centaines et des milliers de chiens chaque année dans des conditions généralement insalubres où les chiens sont entassés, selon Lucas Hixson de SPCA International. M. Hixson habite en Ukraine où il collabore avec le groupe d'activistes Dogs of Tchernobyl.

Un homme joue avec des chiens dans l'herbe.

Lucas Hixson travaille pour la Société internationale pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA International) et auprès d'un refuge pour les chiens de Tchernobyl.

Photo : Courtoisie : Lucas Hixson

M. Hixson ajoute que, selon lui, il n’y a pas d'espace dans la soute pour des centaines d'animaux dans les avions commerciaux.

Une étude en cours à l'Agence de la santé publique du Canada

L'ACIA insiste sur le fait que le Canada a des normes rigoureuses pour les importations d'animaux afin de protéger les animaux canadiens contre l'introduction de maladies animales graves. Toutes les exigences d'importation doivent être respectées avant qu'un animal soit importé.

Cependant, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) étudie la réglementation fédérale actuelle. La possible propagation de maladies par l'importation d'animaux exotiques est à l'étude, selon le professeur Scott Weese de l'Université de Guelph.

Nous n'avons vraiment aucune idée de l'étendue du problème. Nous ne savons pas combien de chiens entrent, où ils vont, d'où ils viennent, a déclaré M. Weese, qui travaille avec l'ASPC pour étudier le sujet.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !