•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démolition de l'église Saint-Louis-de-France : une occasion ratée, selon Catherine Dorion

L'état de vétusté du bâtiment ne permettait pas une conversion, réplique le gouvernement Legault.

L'église Saint-Louis-de-France, photo prise de l'extérieur, devant le perron de l'église, le 17 juin 2020.

L'église Saint-Louis-de-France a été conçue par l'architecte Robert Blatter.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

Le gouvernement du Québec vient de rater une occasion de « montrer l'exemple » avec son projet de maison des aînés sur les terrains de l'église Saint-Louis-de-France, selon la députée solidaire Catherine Dorion.

Le gouvernement du Québec a annoncé plus tôt cette semaine qu'il allait acquérir le bâtiment de Sainte-Foy pour y construire une maison des aînés.

Le plan est de démolir l'église construite en 1960 et de bâtir un immeuble tout neuf.

La députée de Taschereau, Catherine Dorion, se désole de cette décision. Surtout que la nouvelle arrivait, souligne-t-elle, deux semaines après un rapport dévastateur de la vérificatrice générale envers le gouvernement et son rôle dans la protection du patrimoine bâti.

Dans le document coup de poing, on mentionnait notamment que l'État ne fait pas preuve d'exemplarité en matière de sauvegarde et de valorisation du patrimoine immobilier.

Un réflexe?

Démolir plutôt que convertir, selon Catherine Dorion, témoigne de ce constat de la vérificatrice. C'est le réflexe qu'on essaie d'éradiquer, insiste la députée. C'est une attitude qui me choque et m'attriste.

On a une très courte fenêtre d'années [pour protéger nos églises]. Parce que c'est maintenant que les diocèses ne savent plus quoi en faire.

Une citation de Catherine Dorion, députée de Taschereau

Sans dire qu'il faut tout conserver, elle estime que le ministère de la Culture a le devoir de prendre le temps de bien analyser chacun des bâtiments. Dans le cas de l'église Saint-Louis-de-France, elle rappelle qu'elle a été reconnue comme un des meilleurs exemples de patrimoine religieux moderne par le Conseil du patrimoine religieux du Québec.

La devanture de l'église Saint-Louis-de-France, à Québec

L'architecte Robert Blatter, qui a conçu les plans de l'église, « est l'un des initiateurs de l'architecture moderne au Québec », selon la Ville.

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguere

La Ville de Québec l'a également ajoutée à son répertoire du patrimoine bâti. De valeur patrimoniale élevée, l'église de Saint-Louis-de-France est l'une des premières églises franchement modernes de la région de Québec, peut-on lire dans la fiche du bâtiment.

Ç'a une vraie valeur, insiste Catherine Dorion. Assez pour qu'on se pose la question. Je ne dis pas qu'il ne faut rien raser [...], mais on a assez d'indices, d'avis et de gens respectables pour dire qu'il faut vérifier, croit-elle.

Elle s'interroge maintenant à savoir si d'autres options ont réellement été considérées, et si le ministère de la Culture a été véritablement consulté avant de conclure à la démolition.

« Vétuste », rétorque Québec

Au cabinet de la ministre de la Culture, Nathalie Roy, on assure qu'une évaluation patrimoniale de l'église, en accompagnement du ministère de la Santé et des services sociaux, a été réalisée en amont de la prise de décision.

Toutefois, explique l'attachée de presse Geneviève Gouin, l’église Saint-Louis-de-France ne possède aucun statut en vertu de la Loi sur le Patrimoine Culturel. À cet effet, aucune autorisation n’est nécessaire de la part du Ministère pour des interventions sur ce bâtiment, y compris pour une démolition.

Les opportunités d'intégration et de réutilisation de l'immeuble, dans le cadre du projet de maison des aînés, n'ont pas été évaluées par le ministère de la Culture lui-même, mais bien par le ministère de la Santé, précise-t-on.

Il a été établi que ce scénario [la réutilisation] pouvait difficilement être envisagé en raison de l'intégration difficile de l'immeuble, des espaces excédentaires, de l'état de vétusté et des travaux de réhabilitation importants à réaliser, écrit Mme Gouin dans un échange de courriels.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Québec

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Québec.