•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune couple coincé au Pérou revient sain et sauf au Canada

Un couple dans un avion.

Elise Craig et son mari Joseph Ruiz Cordova dans le vol de rapatriement vers le Canada, vendredi 19 juin.

Photo : Courtoisie : Elise Craig

« Nous voilà enfin arrivés à bon port. Un soulagement qui est difficile à décrire tant il est grand », a affirmé la Canadienne Elise Craig, à son arrivée vendredi soir tard au Canada, en compagnie de son mari péruvien, Joseph Ruiz Cordova.

Tout le stress accumulé depuis des semaines et des semaines s'est totalement dissipé en voyant mon frère et ma mère qui nous attendaient à la sortie, a ajouté Mme Craig, émue.

Le bruit des roues de l'avion qui touchent la piste d'atterrissage à l'aéroport Pearson à Toronto a marqué la fin de plusieurs semaines d'angoisse pour le jeune couple.

Au début de la semaine, le couple ne savait toujours pas s'il allait pouvoir monter à bord de ce vol organisé avec le soutien du gouvernement canadien pour ramener au pays plus de 300 citoyens toujours coincés au Pérou. Ce pays d’Amérique du Sud est durement touché par la pandémie de COVID-19.

Le 15 juin 2020, Radio-Canada a publié un article sur le cauchemar du jeune couple qui a changé le cours des événements. J'ai du mal à écrire sous le coup de l'émotion, mais le calvaire s'achève. Le visa de Joseph a été approuvé et nous rentrons enfin à la maison , avait écrit Mme Craig, le lendemain. Nous n’en serions jamais arrivés ici sans votre article.

Un couple dans l'aéroport Pearson à Toronto.

Elise Craig et son mari avec leurs bagages, vendredi soir, à l'extérieur de l'aéroport Pearson, après leur arrivée.

Photo : Courtoisie : Elise Craig

Du désespoir à l'espoir... À deux reprises

Le jeune couple a encaissé un premier coup dur, le 27 mai 2020, quand Immigration Canada a interdit à M. Ruiz Cordova de venir au Canada, jugeant son voyage non essentiel.

Mais l'annonce du premier ministre Trudeau sur la réunification familiale, le 8 juin 2020, a galvanisé Elise Craig et son mari. Comme conjoint, M. Ruiz Cordova n'avait plus à démontrer le caractère essentiel de son voyage. Il n’avait qu’à obtenir un visa de visiteur.

Mais cette joie a été de courte durée. Malgré l'annonce du premier ministre et malgré l'aide du bureau de la députée de Mme Craig à Toronto, la vice-première ministre Chrystia Freeland, M. Ruiz Cordova ne parvenait toujours pas à obtenir d'Immigration Canada le visa de visiteur requis.

Le 11 juin 2020, Immigration Canada lui a écrit qu'il était impossible de traiter sa requête d'exemption aux restrictions de voyage. Pourtant, cette exemption n’était plus nécessaire depuis l’annonce sur la réunification familiale.

À ce moment-là, j'avais perdu tout espoir, avoue maintenant Mme Craig.

C’est le reportage de Radio-Canada, le 15 juin 2020, qui fait débloquer leur dossier, soutient Mme Craig. Le lendemain, son conjoint obtenait son visa de visiteur.

Des bureaux de visa fermés

Si Elise Craig se réjouit de cette issue heureuse, elle ne trouve pas normal qu'un reportage ait été nécessaire pour y arriver.

Je me suis toujours considérée chanceuse de vivre dans un pays comme le Canada, explique Mme Craig qui travaillait en Amérique latine depuis janvier 2019 auprès d'un groupe de défense des droits des femmes. Je me disais qu'au Canada, les citoyens pouvaient faire confiance à leur gouvernement. Disons que cet idéal a été remis en question.,

Le bureau du ministre de l'Immigration, Marco Mendicino, a envoyé un courriel à Radio-Canada, le 16 juin 2020, pour confirmer l'octroi du visa de visiteur à M. Ruiz Cordova. Dans son message, le bureau du ministre a rappelé que l'obtention d'un document de voyage valide était toujours nécessaire pour se rendre au Canada, même dans les cas de réunification familiale. Un visa de visiteur sera délivré seulement si le visiteur s'engage à retourner dans son pays au plus tard à la date d'expiration du visa, a-t-il précisé.

Or, depuis l'annonce sur la réunification familiale, la plupart des bureaux à l’étranger qui octroient des visas de visiteur pour le Canada demeurent fermés. Immigration Canada accepte les demandes en ligne, mais prévient que la priorité est donnée à certains groupes, comme les personnes vulnérables et celles qui fournissent des services essentiels.

J'ai l'impression que l'annonce sur la réunification familiale a été faite pour les ressortissants américains, mais que le gouvernement n'avait pas l'intention d'aider les ressortissants de l'Amérique du Sud et de l'Afrique qui ont besoin de visas de visiteurs pour venir au Canada, soutient Mme Craig.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale