•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à la mémoire de Eishia Hudson, 16 ans, abattue par la police de Winnipeg

Des manifestants debout autour d'un grand bâtiment.

Des centaines de personnes se sont rassemblées au palais législatif du Manitoba.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

Radio-Canada

Plusieurs centaines de Winnipegois se sont rassemblés devant le palais législatif du Manitoba vendredi en début de soirée, pour dénoncer la violence policière. L’événement visait en particulier à rappeler que Eishia Hudson, 16 ans, est morte sous les balles de la police de Winnipeg en avril dernier.

Des élus et des militants communautaires ont pris la parole devant la foule afin de dénoncer la violence policière envers les autochtones, dans la foule de manifestations similaires provoquées par la mort de George Floyd.

Le silence c’est de la violence, a déclaré Leah Gazan, la députée de Winnipeg-Centre.

L’un des participants, Daniel Hidalgo, qui travaille avec l’organisme communautaire Ogijiita Pimatiswin Kinamatwin, explique qu’il travaille avec des jeunes à risque qui ont parfois des interactions avec la police.

Une jeune femme avec une main peinte en rouge de dessinée sur la bouche.

Beaucoup de jeunes se trouvaient dans la foule.

Photo : Radio-Canada / Ezra Belotte-Cousineau

C’est triste de le dire, mais nous les encourageons à ne pas donner de raison à la police ou à d’autres figures d’autorité d’agir de manière violente. C’est difficile vu la dynamique dont proviennent beaucoup des membres plus marginalisés de notre communauté, explique-t-il.

Daniel Hidalgo a amené son fils à la manifestation. C’est aussi important pour moi de montrer cela à mon fils, je veux qu’il sache que le monde peut être un endroit beau et sécuritaire, ajoute-t-il.

Abattue lors d’une poursuite

Eishia Hudson est morte au terme d’une course poursuite à Winnipeg le 8 avril. La police donnait chasse à un véhicule volé dans lequel se trouvaient les suspects d’un vol au magasin d’alcool de Sage Creek, a indiqué le chef de la police de Winnipeg Danny Smyth.

Les agents de police ont interpellé le véhicule sur le boulevard Lagimodière, près de l'avenue Fermor, vers 17 h 30.

Selon Danny Smyth, c’est lors de l’arrestation des cinq occupants du véhicule qu’un policier a ouvert le feu. Le chef de la police de Winnipeg n’a pas pu révéler si les suspects étaient armés ni si l’agent avait été menacé, car une enquête est en cours.

Plusieurs voitures endommagées encadrées par six voitures de police, et du ruban jaune.

La scène de l'incident qui a mené à une fusillade de la police de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

L'adolescente a reçu des soins sur les lieux avant d'être transportée dans un état critique au Centre des sciences et de la santé, où sa mort a été constatée.

Les quatre autres mineurs, deux filles et deux garçons, ont été arrêtés et font notamment face à des accusations de possession d’un bien volé de plus de 5000 $.

Plusieurs véhicules ont été percutés pendant la poursuite.

Un autre mort la même nuit

Quelques heures plus tard, au petit matin du 9 avril, la police de Winnipeg a abattu une deuxième personne.

La police est intervenue dans le quartier North End après avoir été avisée de la présence d'un homme armé dans une maison de l'avenue Anderson, pendant un incident domestique. L’homme a confronté le policier, qui a ouvert le feu.

L’Unité d’enquête indépendante mène une enquête sur les deux incidents.

Avec les informations d'Ezra Belotte-Cousineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !