•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sécheresse devient préoccupante au Bas-Saint-Laurent

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une clôture et un champ de foin jauni par le manque de pluie.

Les champs sont jaunes alors qu'ils devraient être verdoyants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les mois de mai et de juin ont été particulièrement secs au Bas-Saint-Laurent. Les effets de ce temps sec commencent à se faire sentir dans les champs, mais aussi en ville.

Bertin Lavoie, copropriétaire de la Ferme Lavoie Banville, élève des vaches, des moutons et des porcs.

Ses champs de foin et de maïs lui permettent de nourrir ses bêtes, mais cette année la récolte s'annonce médiocre pour le moment.

Des vaches mangent tranquillement.

La récolte pour nourrir les animaux est menacée.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Normalement, on est autosuffisants, explique-t-il. Mais là, cette année, on avait comme peur. On a arrêté la fauche justement parce que les volumes étaient vraiment bas. Là, ça nous fait peur un petit peu.

Et les impacts de ce manque de pluie se font aussi sentir en ville.

Une pelouse affectée par la sécheresse.

La sécheresse fait jaunir les pelouses à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

De l'avis du maire de Rimouski, Marc Parent, les changements d'habitudes provoqués par la pandémie de COVID-19 accentuent les impacts de la sécheresse. Les gens ont décidé, je pense, de passer plus de temps sur leur terrain, d'entretenir davantage. [...] Donc, il y a une consommation qui excède largement la capacité de fournir de notre seule conduite d'amenée, suppose-t-il.

Selon Environnement Canada, le Bas-Saint-Laurent a reçu environ moitié moins de pluie que la normale en juin. Mais le manque de précipitations ne serait pas le seul facteur à l'origine de ce temps très sec, selon le météorologue chez Environnement Canada, Jean-Philippe Bégin.

L'indice d'assèchement est très élevé en ce moment dû au fait qu'on a beaucoup d'heures d’ensoleillement. La température maximale est très élevée et l'humidité relative est très basse. Donc, c’est tout ça mis ensemble

Jean-Philippe Bégin, météorologue, Environnement Canada

Le Bas-Saint-Laurent a connu plusieurs étés secs dans les dernières années.

Tableau montrant les faibles précipitations des dernières années.

La sécheresse s'est installée depuis les dernières années.

Photo : Radio-Canada

Pendant les mois de juin de 2018, de 2019 et de 2020, le total des précipitations est resté sous la normale, qui est d'environ 100 millimètres d'eau.

Bertin Lavoie espère que cette année sera différente des dernières.

Bertin Lavoie, dans un champ, en entrevue.

Bertin Lavoie, copropriétaire de la Ferme Lavoie Banville, est inquiet.

Photo : Radio-Canada

Si ça perdure des années comme ça, ben on n'aura plus de réserves de foin, prévoit-il. Ce qui fait que là, ça va peut-être nous amener à acheter du foin tout le temps chaque année. C'est sûr que ça vient diminuer nos revenus.

Les moutons dans leur enclos.

Moutons à la Bergerie du Faubourg / Ferme Lavoie Banville de Saint-Narcisse-de-Rimouski

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Pour le moment, le producteur se croise les doigts. Environnement Canada prévoit de la pluie pour mercredi.

La récolte pourrait être sauvée si la pluie revient rapidement.

D’après le reportage de Marie-Christine Rioux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !