•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les préposés aux bénéficiaires obtiendront la rémunération promise, insiste Legault

Plusieurs adultes dans une classe qui portent des masques.

Plus de 87 000 Québécoises et Québécois ont postulé pour suivre la formation accélérée offerte par la province.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Le premier ministre du Québec, François Legault, assure que les milliers de personnes en train d’être formées au rôle de préposé aux bénéficiaires pour travailler dans les CHSLD obtiendront bel et bien des emplois à temps plein et un salaire de 26 $ de l’heure, comme l’a promis son gouvernement.

Je pensais qu’on avait été clair avec les PDG des CISSS et des CIUSSS, mais les nouveaux préposés aux bénéficiaires qui vont commencer le 15 septembre vont gagner 49 000 $ par année et vont être à temps plein, a-t-il martelé lors d’un point de presse vendredi à Sainte-Anne-de-Beaupré, quelques heures après une rencontre avec le grand patron du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, avait déjà répété jeudi que le gouvernement n’entendait pas revenir sur sa parole à ce sujet, quitte à adopter de nouvelles réformes pour garantir l'engagement du gouvernement de la CAQ, si cela était nécessaire.

Un groupe de soldats en uniforme de combat, portant un masque chirurgical, arrivent au centre de formation avec leurs bagages.

Quelque 1400 militaires canadiens sont venus en renfort dans les CHSLD depuis le début de la pandémie, mais cette mission se termine le 26 juin.

Photo : Forces armées canadiennes / Aviateur Zamir Muminiar

Des représentants du réseau de la santé et du milieu syndical ont récemment remis en doute la volonté de Québec, car rien dans les contrats de travail actuels ne garantit des horaires à temps plein et des salaires horaires de 26 $.

Certains étudiants inscrits à la formation accélérée offerte par Québec avaient décidé de démissionner après s’être entretenus avec des gestionnaires du réseau de la santé et des représentants syndicaux, accusant Québec de leur avoir menti quant à leurs perspectives d'emploi.

Les syndicats blâmés pour la confusion

François Legault a fait valoir que les informations transmises à ces étudiants étaient inexactes, voire mensongères. Actuellement, il y a de la grogne du côté des syndicats qui veulent protéger des postes à temps partiel, selon le premier ministre, qui veut que les CHSLD n’emploient plus que des préposés à temps plein.

On sait que c’est un problème dans le réseau de la santé. Il y a 50 % des employés qui travaillent à temps partiel. C’est un vrai problème, un problème qui existe à peu près juste au Québec. Il n’y a pas une organisation dans le secteur privé qui serait capable de fonctionner avec la moitié de ses employés à temps partiel.

François Legault, premier ministre du Québec

Son gouvernement a promis de créer 10 000 nouveaux postes à temps plein dans les CHSLD en plus de convertir les emplois de préposés aux bénéficiaires à temps partiel en emplois à temps plein. Il y aura de la place pour tout le monde, aux dires du premier ministre.

Quant à l’impact des salaires offerts sur les structures salariales dans le réseau, François Legault a assuré que ceux qui ont, comme les infirmières, des formations supérieures aux préposés aux bénéficiaires vont tous gagner au moins 49 000 $ par année s’ils travaillent à temps plein.

Quelques manifestants entourés de drapeaux du syndicat plantés dans le gazon.

Le premier ministre François Legault a remis en question la bonne foi des syndicats.

Photo : Radio-Canada / Ismaël Sy

Il faut comprendre que les taux horaires ne seront pas aussi élevés pour les personnes qui sont à temps partiel, a-t-il toutefois souligné, reconnaissant que ces travailleurs auront un choix à faire tout en suggérant que c’est ce qui dérange les organisations syndicales.

Le premier ministre estime qu’un changement dans les pratiques d’embauche des CHSLD est nécessaire, surtout en période de pandémie, au moment où le Québec se prépare à une possible deuxième vague de propagation de la COVID-19 cet automne.

S’il y a une leçon qu’on a tirée de la crise, c’est qu’on a besoin de gens à temps plein qui travaillent dans un seul CHSLD […] pour limiter le nombre d’expositions.

Les nouveaux préposés, en formation depuis le 15 juin, doivent suivre 375 heures de cours et sont censés obtenir ces emplois à temps plein à la fin de leur formation, à la mi-septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique