•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SpaceX veut offrir des services Internet aux Canadiens

Elon Musk devant des écrans affichant une capsule spatiale de SpaceX en orbite.

Elon Musk, le grand patron de SpaceX, veut offrir une connexion Internet haute vitesse à l'ensemble de la planète grâce à des dizaines de milliers de satellites.

Photo : AFP / Jim Watson

Radio-Canada

L’entreprise californienne SpaceX a déposé une demande d'autorisation au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour fournir un service Internet haute vitesse, à l’aide de satellites, dans les régions rurales et isolées du Canada.

Selon les données du CRTC, environ 40 % des Canadiens vivant dans des régions rurales n’ont pas accès à une connexion Internet haute vitesse. Et même quand des services du genre sont disponibles dans les régions isolées, leur coût est souvent prohibitif pour les ménages à faible revenu. Certains forfaits au pays coûtent plus de 200 $ par mois.

Cette initiative de SpaceX pourrait d’ailleurs aider le gouvernement de Justin Trudeau à respecter une promesse électorale. Lors de la plus récente campagne, le premier ministre a promis que son gouvernement s’assurait que 95 % des ménages et des entreprises aient accès à Internet haute vitesse d’ici 2026 et que ce serait le cas de tous les Canadiens d’ici 2030.

L'entreprise fondée par l'homme d'affaires Elon Musk, qui a récemment mis un terme au monopole russe sur le transport d’astronautes vers la Station spatiale internationale, entend accroître sa présence en orbite en offrant un service Internet satellitaire à l’échelle mondiale. Sa filiale Starlink prévoit lancer des dizaines de milliers de satellites de télécommunications au cours des prochaines années, dont au moins 12 000 d’ici 2025.

Une photo du ciel rempli de lignes.

Le lancement de 60 satellites de Starlink, en mai 2019, avait gâché la nuit de certains astronomes, qui craignent que ce projet ne les empêche de faire leur travail. On voit 25 de ces satellites sur cette photo.

Photo : Observatoire Lowell/Victoria Girgis

Pour implanter ce service au Canada, l’entreprise doit d’abord obtenir une licence d'exploitation de service de télécommunication internationale de base auprès du CRTC. Les entreprises détentrices d’une telle licence sont les seules à être autorisées à acheminer du trafic de télécommunications entre le Canada et un autre pays.

L’obtention de cette licence permettait aussi à SpaceX d’offrir des services de téléphonie au Canada, ou encore des forfaits de données aux propriétaires de téléphones intelligents. L’entreprise indique toutefois que cela ne fait pas partie de ses plans, du moins pour le moment.

De l’engouement en milieu rural

Après l’acheminement de la requête, en mai, le CRTC a entrepris des consultations qui s’achèvent vendredi. Il a reçu l’avis de plus de 1200 Canadiens, et la majorité d’entre eux se sont dits favorables au projet de SpaceX.

Je vis dans une région rurale de l'Ontario où il n'y a pas de fournisseurs qui peuvent fournir un accès Internet rapide à un prix abordable, a par exemple déclaré au CRTC Mahdi Hossinzehi, un résident de Cedar Valley, en Ontario, à environ 30 kilomètres au nord de Toronto.

Ce dernier fait valoir qu’avec un accès Internet rapide, fiable et abordable, les zones rurales en bénéficieront énormément sur le plan économique, et beaucoup de jeunes choisiront de rester au lieu de partir pour la ville.

Brandt Chu, un résident d'Iqaluit, a aussi dit qu'il était favorable à la proposition en raison de l'éloignement de la vie au Nunavut. Toute proposition raisonnable qui pourrait vraiment nous relier au reste du monde devrait être accueillie favorablement, a-t-il expliqué dans une lettre adressée au régulateur.

Leurs sentiments et leurs arguments concordent avec ceux exprimés par de nombreux Canadiens ces dernières années et encore plus depuis que la pandémie de COVID-19 a poussé un grand nombre d’entreprises à se tourner vers le télétravail.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !