•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerces devront retirer leur terrasse pour créer une piste cyclable

L'administration de Valérie Plante compte entamer cet été des travaux majeurs menant à la création d'une autoroute cyclable sécurisée, promise en campagne électorale. Ce chantier passera par la rue Saint-Denis.

Une terrasse sur la rue Saint-Denis.

De nouveaux travaux débuteront cet été pour créer une piste cyclable sécurisée sur la rue Saint-Denis.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Jason-Neil Tremblay est furieux. Il n’est pas le seul. Le patron du Clébard et du restaurant Joséphine, deux commerces situés sur la rue Saint-Denis, s'apprêtait à vivre un été plein d’espoir.

Avec la piétonnisation de l’avenue du Mont-Royal, voisine, et une éventuelle hausse de l’achalandage dans ce secteur, l’entrepreneur montréalais espérait bientôt sortir la tête de l’eau, après cette pandémie et de longues semaines difficiles.

Avec les règles sanitaires contraignantes à mettre en place et, par conséquent, un nombre de clients revu à la baisse, l'utilisation d'une terrasse pour plusieurs mois était sa principale planche de salut.

Notre seule façon de survivre, c’est d’installer une terrasse cet été. Mais on va nous l’enlever. Ça ne fait aucun sens.

Jason-Neil Tremblay, patron du Clébard

Ce dernier assure avoir eu comme information, de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, de retirer sa terrasse à la mi-juillet, soit quelques jours avant le début des travaux prévus pour la mise en place du projet du Réseau express vélo (REV). Ce projet est l’une des mesures phares de la dernière campagne électorale de Valérie Plante.

Qu’est-ce que le REV?

Promis par Valérie Plante, le REV est considéré comme une autoroute sécuritaire pour les vélos, qui doit également permettre de désengorger la ligne orange de métro.

Le vélo devient ainsi un mode de transport à part entière à la portée de tous et attrayant pour les nouveaux utilisateurs, est-il notamment mentionné dans un document destiné aux élus.

Cinq tronçons doivent être aménagés à partir de cet été. D’ici la fin de l’année prochaine, il s'agit de 17 axes, pour un total de 184 km de pistes cyclables.

Plus au sud sur la rue Saint-Denis, Vianney Godbout, qui dirige le restaurant Chasse-Galerie, n’en revient pas. On m’a dit que je ne pourrais même pas avoir de terrasse cet été. Maintenant, je n’arrive à joindre personne à l'arrondissement, confie-t-il.

On s’attendait à avoir des poteaux provisoirement, du marquage, des trucs temporaires. C’était correct, ajoute Mehdi Bekri, le gérant de L’Barouf. Mais pas de gros travaux maintenant qui vont nous obliger à enlever la terrasse, juste après la pandémie. Je ne sais pas qui a réfléchi à ça.

Tous partagent un point commun et essentiel : ils sont vivement en faveur de ce projet. Mais pas maintenant.

La vitrine d'un magasin de la rue Saint-Denis annonce une vente de fermeture.

La rue Saint-Denis à Montréal a vécu des moments difficiles. En juillet 2019, selon des données de la Ville de Montréal, le taux d'inoccupation des locaux était de 26 %.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

On est pour le REV, la majorité des commerçants le sont ici. On est content qu’on ralentisse le trafic, qu’il y ait plus de vélos. Ma terrasse sera plus confortable. Mais pas là, pas quand on essaie de se relever et de se remettre. On ne voit aucune urgence, déplore Jason-Neil Tremblay.

On va complètement tuer [la rue] Saint-Denis. C’était une rue magnifique, devenue une rue fantôme. C’est inhumain de faire des travaux maintenant, après trois mois de fermeture.

Vianney Godbout, propriétaire de Chasse-Galerie

Un contrat de 9 millions

Pour réaliser les travaux de ce tronçon situé entre les rues Roy et Jean-Talon, un contrat de 9,1 millions a été accordé lundi par les élus du conseil municipal à Demix Construction.

Le contrat prévoit des travaux de conduite d’eau potable, de voirie, d’électricité et de feux de circulation dans la rue Saint-Denis.

Ces travaux auront principalement lieu aux intersections, afin de les sécuriser, précise le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin. Des terre-pleins centraux seront également construits et des trottoirs revus au cours de ce chantier qui entraînera de plus une fermeture complète à la circulation, par phases, de certains tronçons.

Plan du Réseau express vélo de Valérie Plante.

Ce réaménagement de la rue Saint-Denis prévoit la mise en place de deux pistes cyclables, une réduction des voies de circulation, mais le maintien des stationnements.

Photo : Ville de Montréal

Une majorité de commerçants veulent un report

Ces travaux ont été publiquement annoncés le 20 mai, lors d’une réunion du comité exécutif, et ont été approuvés par les instances municipales. On y prévoit notamment la réalisation d'une piste cyclable protégée sur la rue Saint-Denis.

Or, affirment ces commerçants, ils n’ont pas été prévenus de l’impossibilité d’utiliser durant une partie de l’été leur espace extérieur. Cette mauvaise surprise les a entraînés à demander, par le biais de la Société de développement commercial (SDC) de la rue Saint-Denis, un report de ces travaux.

Une demande, soutient-on à la SDC, de la plupart des commerçants, même si, majoritairement, ils sont pour le changement sur leur artère, rappelle Kriss Naveteur, la directrice de cet organisme, qui réclame une écoute des élus pour permettre aux commerçants de se relever de la perte financière occasionnée par la pandémie.

[Les commerçants] ne veulent pas de machinerie lourde sur les différents tronçons du territoire commercial de la rue Saint-Denis en 2020.

Kriss Naveteur, directrice de la SDC de la rue Saint-Denis

Des terrasses à 50 $

Cette année, le Plateau-Mont-Royal a revu sa politique de délivrance des permis d’exploitation d’une terrasse. Une terrasse, c’est entre 3000 et 15 000 $, explique le maire Luc Rabouin. Cette année, c’est 50 $ pour tout le monde, peu importe la taille de la terrasse.

Un report refusé par la Ville

Cette demande est refusée par Luc Rabouin, maire du Plateau-Mont-Royal et responsable du développement économique au sein de l’administration Plante. Ce dernier promet cependant de se pencher avec son équipe et les fonctionnaires de son arrondissement sur la possibilité de laisser le plus longtemps possible ces terrasses sur le bord de la rue.

Impossible, soutient-il néanmoins, de reporter ces travaux à l’automne, par manque de temps avant l’hiver, ou encore à 2021.

C’est un énorme projet. On est dans un processus, les appels d’offres sont terminés, les entreprises ont gagné l’appel d’offres. Si on reportait, on aurait des frais super importants pour renégocier le calendrier des travaux, se défend l’élu.

C'est un enjeu politique, croit de son côté Jason-Neil Tremblay. Ils ne veulent pas reporter, car il va y avoir des élections [le prochain scrutin municipal est prévu le 7 novembre 2021].

L’an prochain, ça va être la même chose. Un chantier, c’est jamais bienvenu sur une rue commerciale.

Luc Rabouin, maire du Plateau-Mont-Royal

Mais, jure Luc Rabouin, des aménagements vont être mis en oeuvre pour limiter les impacts.

Je comprends leur inquiétude et je la partage. Je me suis engagé à les défendre auprès de mes collègues, lance-t-il, en précisant qu’une rencontre avec l’entrepreneur responsable de ces travaux sera organisée dans les prochains jours.

Déjà, dit-il, l’administration Plante a récemment accepté de revoir l’endroit du lancement de ces travaux, prévu le 20 juillet. Plutôt que de démarrer le chantier dans la partie sud, la plus commerciale, celui-ci débuterait finalement au niveau de la rue Jean-Talon, afin de donner un peu de répit aux commerçants.

On les connaît, on veut qu’ils survivent, clame-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique municipale

Politique