•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Québec abandonne ses projets de ciné-parcs gratuits

Deux amateurs de cinéma regardent un film sur leur toit de leur camion.

À Long Island, dans l'État de New York, les cinéphiles peuvent assister à des projections en plein air.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Incapable de s'entendre avec des distributeurs de films, la Ville de Québec abandonne l'idée de mettre en place trois ciné-parcs gratuits sur son territoire cet été.

Le maire Régis Labeaume avait critiqué les distributeurs actifs au Québec plus tôt cette semaine.

Les Films Séville et le Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec s'opposaient à la diffusion gratuites d'oeuvres de leur catalogue. Il s'agissait d'une condition non négociable pour la Ville.

Je pense qu'ils n'ont pas compris l'état d'esprit et l'état des portefeuilles de certains de nos concitoyens. Ils n'ont pas compris qu'en agissant ainsi, ils ne célèbrent pas le cinéma, a déclaré le maire, vendredi matin.

Régis Labeaume en a également rajouté une couche, s'interrogeant sur l'état de la concurrence dans le marché.

À la ville de Québec, on se questionne sur la distribution des films au Québec. Est-ce qu'il est sain, pour le développement du cinéma que deux individus détiennent un monopole de distribution? Tous les monopoles sont malsains par définition et font en sorte que c'est le client qui paie, a-t-il renchéri, en évoquant une intervention des gouvernements provincial et fédéral.

Dans une lettre de réponse, le président des Films Séville, Patrick Roy, a indiqué avoir soumis une proposition à la Ville et au Festival de cinéma de la ville de Québec pour dénouer l'impasse. Or, la proposition est restée lettre morte.

M. Roy rappelle que les salles de cinéma sont fermées depuis plus de trois mois.

Dans de telles circonstances, offrir une programmation gratuite à quelques kilomètres de salles qui devront se démener pour survivre aurait de lourdes conséquences pour toute l'industrie, a écrit Patrick Roy.

Avec les informations de Jean-François Nadeau et Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Affaires municipales