•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique enquête sur des allégations de racisme dans un hôpital

Le ministre de la Santé, Adrian Dix.

Le ministre britanno-colombien de la Santé, Adrian Dix, lors d'un point de presse.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Une enquête a été déclenchée à la suite d'allégations de comportements racistes aux urgences d'un hôpital de la Colombie-Britannique, annonce le ministre provincial de la Santé, Adrian Dix, qui qualifie les événements signalés de « complètement inaceptables ».

Des employés de l’urgence auraient joué à deviner le taux d’alcool dans le sang de patients, en particulier de patients autochtones.

Si ces comportements sont avérés, ils sont intolérables, inacceptables et racistes, a lancé, visiblement indigné, le ministre Dix.

Tous les faits n'ont pas été déterminés, mais il y a suffisamment d'information pour exiger cette enquête.

Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

L'avocate Mary Ellen Turpel-Lafond ouvrira l'enquête lundi, et formulera ensuite des recommandations à court et à long terme, a indiqué M. Dix lors d'un point de presse.

Un patient d'un hôpital psychiatrique assis sur un lit regardant par la fenêtre.

En point de presse, le ministre de la Santé, Adrian Dix, a reconnu qu’il existe un problème de racisme plus général dans le système de la santé de la Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada

Inacceptable, clament des groupes autochtones

L'Association des centres de l'amitié et la Nation métisse de la Colombie-Britannique appellent le gouvernement à mettre sur pied une commission d'enquête publique et réclament que les travailleurs de la santé reçoivent des formations obligatoires sur les soins à prodiguer aux Premières Nations.

Les personnes autochtones qui requièrent des services médicaux d'urgence en Colombie-Britannique sont trop souvent victimes de préjugés et, souvent considérées comme en état d'ébriété, ne reçoivent pas les soins appropriés, ce qui contribue à l'aggravation de leur état de santé, dénonce-t-elle dans un communiqué.

Lors du point de presse, Adrian Dix a promis de tendre la main aux dirigeants autochtones, en particulier dans le domaine des soins de santé.

Une communauté méfiante du système de santé

Un rapport publié en octobre dernier fait état de la méfiance qu'ont les femmes autochtones envers les fournisseurs de soins de santé. Jusqu'à 60 % d'entre elles soutiennent avoir l'impression que leur médecin minimise les symptômes qu'elles décrivent.

Adrian Dix reconnaît qu’il existe un problème de racisme plus général dans le système de la santé.

C'est pourquoi nous nous engageons à poursuivre une pratique qui est respectueuse culturellement, dit-il. Nous devons continuer à faire ce travail, car c’est incontestable, il y a des gens qui souffrent dans notre province.

Vendredi, les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique devaient faire le point sur les effets de la pandémie de la COVID-19 sur les communautés des Premières Nations, mais le point de presse a été annulé peu avant 9 h.

Bien que les données sur l'ethnicité des patients ayant contracté la COVID-19 ne soient pas colligées en Colombie-Britannique, celles des patients qui se déclarent comme Autochtones le sont, comme c’est le cas pour toutes autres maladies transmissibles.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !