•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une surmortalité constatée dans trois provinces en raison de la COVID-19

Impossible de savoir ce qu'il en est en Ontario, puisque les données pour 2019 et 2020 ne sont pas disponibles.

Deux employés d’un centre funéraire évacuant un cadavre du centre.

Un corps est sorti du CHSLD La Pinière, à Laval, où au moins 42 % des résidents sont morts de la COVID.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Depuis le début de l’année, le nombre de décès au Canada a été significativement plus élevé qu’au cours des cinq dernières années en raison de l'impact de la COVID-19 en Alberta, en Colombie-Britannique et au Québec, selon de nouvelles données de Statistique Canada.

Ces données provisoires permettent de constater qu'entre le début de 2020 et le 2 mai, ces trois provinces ont enregistré une surmortalité par rapport à cette même période lors des cinq années précédentes.

Par contre, il n’y a pas eu de morts excédentaires dans huit des provinces et territoires du pays.

Impossible de savoir ce qu'il en est en Ontario, puisque les données pour 2019 et 2020 ne sont pas disponibles.

Les données pour le Yukon et le Nouveau-Brunswick ne sont quant à elles pas disponibles, puisque Statistique Canada estime qu’elles étaient trop irrégulières pour être publiées.

Statistique Canada estime que même si ces données sont provisoires, elles fournissent des indications quant au nombre excédentaire de décès en raison de la pandémie de COVID-19.

Cette surmortalité touche de façon disproportionnée les personnes âgées de plus de 85 ans.

Pourquoi analyser le nombre de morts excédentaires?

Présentement, une personne qui meurt n’est pas systématiquement testée pour le virus. Ainsi, il est possible que la cause de la mort ne soit pas attribuée à la COVID-19.

Puisque le nombre de morts est relativement stable d'année en année, il est possible de retourner en arrière et de calculer le nombre de décès qui ne seraient pas arrivés normalement.

La surmortalité fait référence à une période où le nombre de décès est supérieur à ce à quoi on pourrait s'attendre, en fonction des tendances passées.

Il faut rappeler que tous les décès excédentaires ne peuvent pas être directement attribués à la COVID-19.

Les démographes auront un meilleur portrait de la situation lorsque les données sur les causes de mortalité seront disponibles. Statistique Canada doit publier des données provisoires à ce sujet au début de juillet.

Colombie-Britannique

En Colombie-Britannique, une surmortalité a été observée du 15 mars au 25 avril. Au cours de cette période, 372 décès de plus ont été enregistrés comparativement aux mêmes semaines de 2015 à 2019. Au cours de ces six mêmes semaines, la province a déclaré 99 décès liés à la COVID-19.

Cela peut indiquer que le nombre de décès liés à cette maladie dans cette province pourrait être sous-estimé. Mais d’autres causes peuvent aussi expliquer cette hausse du nombre de décès, comme l'augmentation importante des surdoses d’opioïdes constatée depuis le début de la pandémie.

À partir du 2 mai, le nombre de décès excédentaires a toutefois diminué pour atteindre des chiffres semblables à ceux observés les années précédentes.

Alberta

Le nombre de décès enregistrés en Alberta a été supérieur de 402 par rapport à celui des cinq années précédentes, pendant sept semaines depuis la fin février.

Pourtant, pendant cette même période, la province n'a enregistré officiellement que 40 décès liés à la COVID-19.

Ces morts excédentaires pourraient signaler une sous-estimation des décès liés à la pandémie.

Des nombres plus élevés de décès ont aussi été enregistrés dans cette province au cours des semaines 17 et 18 (5 au 18 avril).

Québec

Au Québec, Statistique Canada a observé pendant une période de six semaines, à compter de la fin mars, 1472 décès de plus qu'au cours des cinq années précédentes.

Au Québec, 2132 décès attribuables à la COVID-19 ont été confirmés par la province pendant cette même période de six semaines.

Par contre, il faut noter que les données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) sont plus à jour que celles de Statistique Canada. Elles montrent que la surmortalité est encore plus élevée.

Au cours de cette même période de 6 semaines, il y a eu plus de 3300 décès de plus que la moyenne des cinq années précédentes.

L’ISQ estime qu’il y a eu plus de 4000 morts seulement au cours des semaines 17 et 18 (du 19 avril au 3 mai), soit plus de 1500 morts de plus que la moyenne des cinq années précédentes (70 % de décès en plus).

De la fin mars à mai, il y aurait eu plus de 5269 morts excédentaires en 2020 au Québec, soit près de 50 % de plus que la moyenne des cinq années précédentes.

Ainsi, le nombre de morts excédentaires est très semblable au nombre confirmé de décès.

Et comme pour Statistique Canada ces chiffres sont provisoires, particulièrement ceux des dernières semaines, ils pourraient augmenter encore lorsque toutes les données seront comptabilisées.

Une tendance lourde à travers le monde

Dans plusieurs pays à travers le monde, le nombre de morts excédentaires en 2020 est beaucoup plus élevé qu’au Canada. 

Selon des données compilées par la BBC, le Royaume-Uni a observé une hausse de 43 % des décès en 2020, soit 64 500 morts excédentaires par rapport aux années précédentes.

  • Italie : 40 % de décès en plus en 2020 (42 900 morts excédentaires)
  • Brésil : 38 % de décès en plus en 2020 (19 300 morts excédentaires)
  • France : 25 % de décès en plus en 2020 (28 400 morts excédentaires)
  • États-Unis  : 16 % de décès en plus en 2020 (97 300 morts excédentaires)
  • Allemagne : 4 % de décès en plus en 2020 (7100 morts excédentaires)
  • Japon : 0,3 % de décès en plus en 2020 (400 morts excédentaires)
  • Corée du Sud : 5 % de décès en plus en 2020 (2400 morts excédentaires)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé