•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de nouveau mandat pour le PDG du Musée canadien pour les droits de la personne

Le musée était visé par des allégations de racisme et d’homophobie dans les dernières semaines.

Le président-directeur général du Musée canadien des droits de la personne, John Young, sourit à la caméra.

Le président-directeur général du Musée canadien des droits de la personne, John Young.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Radio-Canada

Dans la foulée d’allégations de racisme et d’homophobie au Musée canadien pour les droits de la personne, son président-directeur général, John Young, annonce qu’il ne cherchera pas à renouveler son mandat au sein de l’établissement fédéral en août.

La décision de M. Young a été annoncée aux employés du musée dans un courriel obtenu par CBC/Radio-Canada jeudi après-midi.

En février, John Young disait qu'il espérait pouvoir continuer à diriger le Musée. C'était à Ottawa de décider de le reconduire ou non dans ses fonctions pour un deuxième mandat.

Jeudi, CBC/Radio-Canada a révélé que des employés, anciens et actuels, affirment que la direction leur a demandé, à la demande de certains visiteurs, de ne pas montrer des expositions relatives aux différents genres et orientations sexuelles.

Les employés avancent que cette pratique a été commune pendant deux ans. Dans un cas, un membre de l’équipe, qui fait partie de la communauté LGBT, a dû bloquer physiquement du contenu portant sur les mariages de même sexe à un groupe.

L’idée que le musée a intentionnellement dissimulé du contenu LGBTQ2+ de la vue de visiteurs est particulièrement douloureuse, dit John Young, dans son courriel aux employés.

Bien que ce ne soit pas la politique du musée, il est clair qu’il y a eu des occurrences qui vont à l’encontre de notre approche de venez voir. C’est un échec de notre part et en tant que dirigeant du musée, la responsabilité pour ces défaillances repose sur mes épaules et je reconnais les conséquences qui s’ensuivent, poursuit-il.

Le Musée canadien pour les droits de la personne avec un ciel menaçant.

Le Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg

Photo : MCDP

Le Musée a confirmé que, de janvier 2015 au milieu de l'année 2017, des écoles et des classes pouvaient demander que certains contenus soient exclus de leur visite, comme des expositions sur la diversité sexuelle et les différentes identités de genre.

John Young indique qu’il a parlé de sa décision avec Steven Guilbeault, le ministre du Patrimoine canadien, et qu’il terminera son mandat afin de faciliter la transition à une nouvelle direction.

En réaction aux révélations relatives à la dissimulation de contenus LGBT, l’ancien maire de Winnipeg Glen Murray a annoncé sur Twitter sa démission du conseil d’administration des Amis du Musée canadien pour les droits de la personne.

M. Murray a été le premier maire ouvertement gai de Winnipeg à la fin des années 1990. Il est maintenant candidat à la chefferie du parti vert du Canada.

J’ai démissionné [...] en raison de cette trahison du mandat [du musée] et de nous tous qui avons travaillé fort pour voir construire le musée, et [de ceux] dont les histoires de surpassement de la haine sont racontées derrière ces murs, a écrit Glen Murray sur Twitter.

Il ajoute qu’il est choqué qu’il n’y ait pas d’excuses publiques ou de tentative de joindre les communautés touchées.

John Young était PDG du musée depuis août 2015.

Avec les informations d'Austin Grabish

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Droits et libertés

Société