•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook retire des pubs de Trump évoquant un symbole nazi

Impressions d'écran des publicités montrant des triangles rouges inversés sur les pages Facebook de Donald Trump, Mike Pence et de l'équipe de campagne de réélection du président.

Le triangle rouge inversé était utilisé dans ces publicités depuis le 17 juin.

Photo : Impression d'écran faite par Media Matters for America

Facebook a indiqué jeudi avoir supprimé des messages publicitaires de la campagne de réélection présidentielle républicaine qui montraient un triangle rouge inversé. Ce symbole était utilisé par le Parti national-socialiste des travailleurs allemands pour identifier les dissidents politiques dans les camps de concentration.

Notre politique interdit d'utiliser un symbole appartenant à un groupe haineux banni pour identifier des prisonniers politiques sans ajouter le contexte qui permette de condamner le symbole ou d'en débattre, a expliqué le réseau social dans une déclaration.

Nous avons retiré ces messages et publicités parce qu'ils violent notre politique contre la haine organisée.

Extrait de la déclaration de Facebook

La décision de Facebook a précédé de quelques heures celle de Twitter, d'indiquer une mise en garde, pour la troisième fois cette année, sur un tweet du président au sujet d'un autre contenu.

Diffusés dans les 50 États, les messages payés par la campagne Trump apparaissaient sur les pages Facebook du président Donald Trump, du vice-président Mike Pence et de la campagne elle-même.

Ils dénonçaient les émeutiers de groupes d'extrême gauche et invitaient à signer une pétition pour que le mouvement antifa soit désigné comme une organisation terroriste.

Les publicités mettaient de l'avant divers symboles, d'autres messages, par exemple illustrant les propos par un panneau d'arrêt.

Le Washington Post affirme que Facebook a pris cette décision après avoir reçu des demandes d'entrevue sur le sujet de sa part. Selon le quotidien, le réseau social avait, dans un premier temps et à la suite d'une plainte d'un utilisateur, estimé que le message respectait ses politiques.

À de multiples reprises, le président Trump a lié aux antifascistes la violence qui a éclaté en soirée pendant certaines manifestations contre la brutalité policière à l'encontre des Afro-Américains, dans la foulée de la mort de George Floyd, à Minneapolis.

Au début du mois, au cours d'un discours pendant lequel il s'était posé en président de la loi et l'ordre, le locataire de la Maison-Blanche a montré du doigt les anarchistes professionnels, les pillards, les criminels, les antifas et les autres parmi ceux qui menacent des vies innocentes et la propriété, et a dit qu'ils seraient détenus et poursuivis.

Le président et son équipe de réélection semblent se préparer à faire de ce thème un enjeu de campagne, un peu comme ils l'avaient fait avec les caravanes de migrants qui venaient d'Amérique centrale lors des élections de mi-mandat de 2018.

Il y a un peu plus d'une semaine, Donald Trump a fait l'objet de vives critiques après avoir affirmé sans preuve sur Twitter qu'un septuagénaire blessé grièvement par des policiers au cours d'une manifestation à Buffalo était un provocateur de l’ANTIFA qui avait exagéré sa chute. Il avait même évoqué un coup monté.

Les médias américains ont cependant signalé que l'implication des éléments antifascistes était marginale.

Une interprétation balayée par l'équipe Trump

Sur Twitter, l'équipe de campagne de Donald Trump a nié avoir eu recours à un symbole nazi. C'est un émoticône. C'est aussi un symbole largement utilisé par l'antifa. C'était utilisé dans une publicité contre l'antifa, a-t-elle affirmé, image à l'appui.

Selon NBC News, le triangle trouge inversé est peu courant dans l'iconographie antifa, qui utlise généralement un drapeau rouge et noir ou trois flèches.

L'utilisation de ce symbole pour attaquer des opposants politiques est très offensante, a riposté Jonathan Greenblatt, le PDG de la Ligue antidiffamation, une organisation qui milite contre l'antisémitisme, toujours sur Twitter.

L'équipe de campagne du président doit apprendre son histoire, car l'ignorance n'est pas une excuse pour utiliser des symboles liés au nazisme.

Jonathan Greenblatt, de la Ligue antidiffamation

Le régime nazi, qui avait recours à un système de marquage des prisonniers dans les camps de concentration, identifiait les dissidents politiques, essentiellement les communistes, ainsi que les personnes qui étaient dans la résistance, par exemple, par un triangle rouge inversé.

C'est la deuxième fois en quelques jours que l'équipe de réélection du président est rappelée à l'ordre en raison d'enjeux à portée symbolique.

Il y a quelques jours, elle a dû reporter d'une journée la date du rassemblement électoral qui se tiendra à Tulsa, en Oklahoma, le premier à se dérouler depuis le confinement lié à la pandémie.

La communauté afro-américaine avait mal accueilli le choix du 19 juin, jour de commémoration de la fin de l'esclavage, qui plus est au moment où la question de la justice raciale est au centre d'une vague de manifestations depuis la mort de George Floyd. Tulsa a été le théâtre de certaines des pires émeutes raciales de l'histoire américaine.

Relations conflictuelles avec les réseaux sociaux

Des logos associés à différents médias sociaux.

Des logos associés à différents médias sociaux.

Photo : iStock

C'est la deuxième fois cette année que Facebook retire de sa plateforme des annonces liées à la campagne Trump. En mars, l'entreprise avait supprimé des messages commandités qui encourageaient les utilisateurs à participer au recensement, mais qui les redirigeaient plutôt vers le site de campagne du président.

Plus tôt jeudi, le réseau social a indiqué qu'il offrirait sous peu à ses utilisateurs la possibilité de désactiver toutes les publicités politiques de leur fil.

L'automne dernier, Twitter est allé plus loin que Facebook en annonçant son refus des publicités à caractère politique.

Plusieurs, notamment les démocrates, reprochent à l'entreprise de Mark Zuckerberg une approche trop laxiste en ce qui concerne les propos des personnalités politiques, notamment ceux du président américain.

Récemment, M. Zuckeberg a pris ses distances avec les autres réseaux sociaux, dont Twitter, qui est en conflit ouvert avec le président Trump. Ils ne devraient pas soumettre les affirmations des politiciens à l'épreuve des faits, a-t-il soutenu.

Cette année, Twitter, dont le président est un utilisateur assidu, a plus d'une fois asserti d'avertissements les messages du président, s'attirant – sur Twitter – les foudres de Donald Trump.

À part l'avertissement disant, plus tôt dans la journée, qu'un tweet du président contenait un média manipulé, Twitter a déjà signalé comme trompeurs des messages de Donald Trump ou indiqué qu'ils violaient les règles de Twitter sur l'apologie de la violence.

Après les avoir menacées de fermeture, le président a, en mai dernier, signé un décret pour réglementer davantage les plateformes web.

Avec les informations de Washington Post

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !