•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ferme maraîchère voit le jour au Vieux-Port de Québec

Un homme place de la terre dans les bacs des Jardins du bassin Louise.

Pour les Urbainculteurs, la Ville de Québec vise juste en misant sur un projet qui répond à un besoin « dans l’air du temps ».

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Il sera bientôt possible de cultiver des tomates, des concombres et des fines herbes en plein cœur de Québec. La ferme maraîchère qui voit le jour sur le site de l’ancien marché public du Vieux-Port est un « rêve de longue date » qui se concrétise pour les Urbainculteurs.

Une vingtaine de bacs d’une quinzaine de mètres chacun décorent maintenant le sol de l’ancien marché public.

Le projet nommé Les jardins du bassin Louise deviendra une des plus grandes fermes maraîchères à vocation sociale et pédagogique au Québec.

Ça fait plusieurs années qu’on veut mettre un projet comme ça en place dans la ville de Québec, se réjouit le directeur général des Urbainculteurs, Johann Girault.

Le site des Jardins du bassin Louise.

Le projet nommé Les jardins du bassin Louise deviendra « une des plus grandes fermes maraîchères à vocation sociale et pédagogique au Québec », selon les Urbainculteurs.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Une partie du site sera consacré à un jardin communautaire. Le reste des bacs servira à fournir des légumes à différentes banques alimentaires. Les Urbainculteurs veulent utiliser cette ferme pour démocratiser le jardinage urbain.

On veut que les citoyens du quartier s’approprient ce projet, soit en tant que visiteur, soit en tant que jardinier amateur pour apprendre, ajoute M. Girault.

Il y aura des tomates, des laitues et des fines herbes. On souhaite avant tout répondre aux besoins de la sécurité alimentaire. On est en contact avec ces groupes pour savoir les besoins.

Johann Girault, directeur général des Urbainculteurs

Les lots disponibles sont déjà comblés par les personnes qui se trouvaient sur des listes d'attente d'autres jardins communautaires.

Dans l’air du temps

La Ville de Québec y déboursera 90 000 $ par année sur trois ans dans le cadre de son plan d’action en agriculture urbaine qui sera dévoilé plus tard cette année.

Pour les Urbainculteurs, la Ville de Québec vise juste en misant sur ce projet qui répond à un besoin dans l'air du temps.

Il y a un engouement incroyable qu’on n’avait jamais vu avant pour le potager. Tous les centres de jardin manquent de stock. Ce projet s’inscrit totalement dans cette mouvance d’agriculteur urbain, affirme M. Girault.

Un homme travaille dans les jardins du bassin Louise.

Les Urbainculteurs veulent utiliser cette ferme pour démocratiser le jardinage urbain.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Johann Girault a vraiment confiance qu’on en est juste au début, dans les projets d’agriculture urbaine.

C’est mon plus grand souhait. Il faut que ce projet incite à en faire d’en faire davantage, conclut-il.

Les Jardins du bassin Louise doivent être complétés d’ici la fin du mois de juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Agriculture