•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Gatineau se dote d'un plan d'action contre l'itinérance

Trois hommes regardent des policiers démanteler le campement installé sur un terrain gazonné.

Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau ont récemment démantelé un campement improvisé non loin du Gîte Ami, un refuge pour personnes sans-abri du secteur de Hull.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Camille Boutin

La Ville de Gatineau pourrait bientôt se doter d'un plan d'action pour lutter contre l'itinérance. Celui-ci a été présenté en matinée jeudi, lors de la réunion de la Commission Gatineau, Ville en santé.

Au total, 689 000 $ seront investis sur trois ans dans différentes mesures, si le plan est adopté par le conseil municipal. Celui-ci comprend quatre volets principaux, soit l’accès au logement, l’inclusion, l’adaptation des interventions et la mobilisation des différents acteurs.

Le champ d’expertise d’une Ville est bien différent de celui des ses partenaires, explique la directrice par intérim du Service des loisirs, des sports et du développement des communautés (SLSDC), Geneviève D’amour. On veut agir en amont.

On reconnaît que le plan est ambitieux quoique très nécessaire.

Geneviève D'amour, directrice par intérim du SLSDC

Un dénombrement mené en mai 2018 révélait qu’environ 150 personnes vivent en situation d’itinérance visible en Outaouais, selon le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) régional.

Selon le directeur de la santé mentale et des services psychosociaux du CISSS de l’Outaouais, Alain Godmaire, le nombre de personnes en situation d’itinérance n’a cessé d'augmenter, malgré les nombreuses mesures mises en place dans les deux dernières années.

Le budget en détail

Plus de la moitié du budget servira à la mise en oeuvre du plan d’action municipal, sous l'orientation Agir ensemble. On prévoit embaucher une nouvelle ressource en plus de créer un comité interservice.

En ce qui a trait au logement, 10 000 $ par année ont été prévus pour le développement et l'encadrement de logements atypiques, une alternative aux refuges déjà connus.

Tableau du budget de mise en oeuvre du plan triennal. 
30 000 $ alloués à l'accès au logement, 237 000 $ pour l'inclusion, 72 000 $ pour les pratiques d'intervention et 350 000 pour la mise en oeuvre du plan. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le plan d'action nécessitera des investissements municipaux de 689 000 $ sur trois ans.

Photo : Radio-Canada / Ville de Gatineau

Une part du budget sera alloué à la médiation sociale dans les lieux publics, explique Mme D’amour. Cela représente 44 000 $ annuellement pour toute la durée du plan d'action.

D'autres mesures d'inclusion, dont la création d'une stratégie de sécurité communautaire et une étude des besoins de la communauté, sont au tableau.

De nombreuses formations et webinaires seront mis à la disposition des employés municipaux, des surveillants de parcs et des policiers pour les aider à mieux comprendre la réalité des personnes en situation d’itinérance. À cet effet, 72 000 $ sont prévus.

Une responsabilité collective

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qualifie ce moment d’historique. C’est la première fois dans l’histoire de Gatineau qu’on adopte un plan en matière d’itinérance à Gatineau, fait-il valoir.

On se donne les outils pour avancer le plus vite dans les domaines qui sont les nôtres, être un meilleur partenaire ou un meilleur leader selon les cas.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

M. Pedneaud-Jobin estime que ce plan témoigne de la responsabilité collective face aux problèmes d’itinérance. On a décidé d'assumer cette responsabilité-là, complète-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !