•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Musée d’art contemporain pour Dieppe et Moncton, un projet qui se chiffre à 38 M$

Yvon Lapierre, souriant, dans la réception de l'hôtel de ville de Dieppe

L'idée d'établir un musée d'art contemporain est intéressante pour Moncton et Dieppe, selon Yvon Lapierre, maire de Dieppe.

Photo : CBC/Shane Magee

Radio-Canada

Construire un musée d’art contemporain à Dieppe ou à Moncton coûterait 38 millions de dollars, selon une étude de faisabilité présentée mercredi à des représentants des deux municipalités.

L’étude réalisée par l’entreprise Lord Cultural Resources porte sur les coûts potentiels, la dotation en personnel et d’autres aspects du fonctionnement d’un tel musée.

Le musée exposerait des oeuvres d’art réalisées par des artistes acadiens et autres en Atlantique des années 60 jusqu’à nos jours. Les auteurs de l’étude affirment que les provinces de l’Atlantique ne comptent aucun musée majeur qui se spécialise dans l’art contemporain et que celui-ci ne ferait pas concurrence aux autres musées ni aux galeries d’art.

Aucune décision n’a encore été prise quant à entreprendre le projet ou non.

Tout est encore préliminaire en ce moment et il y a encore beaucoup d’étapes à franchir, explique la mairesse de Moncton, Dawn Arnold. Dans bien des cas, ajoute-t-elle, des projets de ce genre peuvent prendre dix ans ou plus à démarrer.

Le maire de Dieppe, Yvon Lapierre, souligne que les représentants des deux municipalités ne se seraient pas déplacés pour l’occasion si le projet ne les intéressait pas.

C’est une idée grandiose et folle, affirme Daniel Chiasson, président de l’organisme Atlantic(que) Image Art, qui espère voir les municipalités réaliser le projet. Selon M. Chiasson, le projet est réalisable même si l’une des deux municipalités décide de ne pas y participer, mais il leur suggère de travailler plutôt ensemble.

Des conseillers municipaux qui ont assisté à la présentation de l’étude ont exprimé leur appui. Un conseiller municipal de Moncton, Blair Lawrence, a dit se croiser les doigts pour l’avenir du projet.

Paulette Thériault interviewée à l'entrée de l'hôtel de ville de Moncton

Des édifices existants pourraient être rénovés pour abriter le musée d'art contemporain, selon la conseillère municipale Paulette Thériault, si on décide de réaliser le projet.

Photo : CBC

L’étude ne propose pas d’endroit précis où le musée pourrait être établi dans l’une ou l’autre municipalité ni de plan conceptuel. Le projet n’est pas encore rendu à cette étape, explique Daniel Chiasson.

L’estimation des coûts tient compte de l’achat d’un terrain pour y construire un édifice. Il pourrait aussi s’agir d’un ajout à un édifice existant qui changerait ainsi de vocation. L’établissement comprendrait des salles multifonctionnelles et de l’espace pour un café.

La conseillère municipale Paulette Thériault suggère des édifices existants, dont l’ancienne école Moncton High qui appartient à l’entreprise Heritage Development.

Daniel Chiasson croit que l’estimation des coûts resterait semblable si on décide d’utiliser un édifice existant, car il faudrait le rénover.

Un financement partagé

L’étude propose que la construction du musée soit financée par les gouvernements fédéral et provincial et par le secteur privé. Elle suggère pour le musée un bâtiment d’environ 50 000 pieds carrés qui serait situé quelque part près de la rivière Petitcodiac et où travailleraient 18 personnes à temps plein. Le musée de Moncton, Place Resurgo, occupe pour sa part environ 30 000 pieds carrés.

Les coûts annuels du fonctionnement du musée d’art contemporain envisagé sont estimés à 1,9 million de dollars, dont 1,3 million de dollars qui viendraient des municipalités de la région et du secteur privé.

L'étude suggère de rendre le financement du provincial et du fédéral conditionnel à l’accord des municipalités de se charger en grande partie des coûts de fonctionnement.

Espoir de collections prestigieuses

Les oeuvres d’art seraient données ou prêtées au musée par des collectionneurs privés. Daniel Chiasson ne prévoit aucune difficulté à avoir accès à des collections prestigieuses.

Des employés de la Ville de Moncton ont indiqué plus tôt cette année que le musée se concentrerait sur les oeuvres d’artistes acadiens et autochtones. M. Chiasson estime que le musée pourrait aussi présenter des oeuvres d’autres artistes des provinces de l’Atlantique.

Deux murs sur lesquels sont accrochés des dizaines de tableaux

La galerie Beaverbrook à Fredericton, propose des expositions d'oeuvres d'art contemporaines et historiques. Ci-dessus, des tableaux du peintre canadien Cornelius Krieghoff réalisés au 19e siècle.

Photo : Radio-Canada / Camille Bourdeau

Les auteurs de l’étude estiment que ce musée pourrait attirer environ 48 000 visiteurs par année durant les deux premières années et 40 000 visiteurs par année par la suite. Ils ajoutent que la galerie Beaverbrook à Fredericton a accueilli 26 800 visiteurs en 2017 et 33 000 en 2018.

L’étude propose que l’entrée soit gratuite pour tout visiteur âgé de moins de 25 ans. L’un des objectifs est de rendre l’établissement aussi accessible que possible, ajoute Daniel Chiasson.

Avec les renseignements de Shane Magee, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique municipale