•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la distanciation physique et retour de la doudou dans les garderies du Québec

Trois enfants non identifiés d'âge préscolaire jouent ensemble avec des camions-jouets dans un service de garde.

Le ministre de la Famille du Québec Mathieu Lacombe abolit la règle de distanciation physique pour les enfants en services de garde éducatifs.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Les enfants du Québec qui fréquentent un service de garde éducatif n'auront plus besoin de se tenir à deux mètres les uns des autres à compter de lundi prochain.

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a confirmé jeudi que son gouvernement avait reçu le feu vert de la santé publique pour éliminer la règle de distanciation entre les enfants d'un même groupe d'un maximum de 10 enfants – une règle qui était difficile à appliquer.

Leur éducatrice sera aussi exemptée de cette règle. Par contre, les adultes d'un même service de garde devront continuer à garder leurs distances. Et le port d'équipement de protection, comme le masque et la visière, sera toujours de rigueur.

De plus, les enfants d'un même groupe pourront dorénavant recommencer à utiliser du matériel qui était difficile à désinfecter, comme des « doudous » et des livres.

Ces assouplissements s'appliqueront partout au Québec, y compris dans la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la MRC de Joliette et la municipalité de L'Épiphanie.

« Un pas de plus vers un retour à la normale »

Le ministre Lacombe a également confirmé jeudi que les services de garde pourront recevoir dès lundi 100 % du nombre maximal d'enfants prévu à leur permis.

Dans le Grand Montréal, à Joliette et à L'Épiphanie, ce ratio demeura toutefois à 50 % une semaine de plus. Il devrait ensuite passer à 75 % le 29 juin, puis à 100 % le 13 juillet selon l’évolution de la situation sanitaire.

Par ailleurs, les parents qui ont une place en service de garde et qui décident de ne pas envoyer leur enfant devront recommencer à payer le tarif journalier de 8,35 $ dans les garderies subventionnées dès que celles-ci seront de nouveau opérationnelles à 100 %.

Depuis la réouverture partielle des services de garde, ces parents étaient exemptés de paiement s'ils gardaient leur enfant chez eux.

Avec la collaboration de Sébastien Bovet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique