•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services de garde en milieu familial : vers une grève générale illimitée le 21 septembre

Des éducatrices se tiennent chaque côté du pont avec des drapeaux.

Des responsables de services de garde en milieu familial affiliées à la CSN manifestent sur le pont Claude Richard à La Baie.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Radio-Canada

Il y aura une grève rotative dans les services de garde en milieu familial affiliés à la CSQ dans toutes les régions du Québec du 1er au 18 septembre, puis une grève générale illimitée à compter 21 septembre.

C'est ce qu'ont décidé les membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) lors d'un vote qui s'est tenu jeudi en matinée.

Ainsi, les membres ont d'abord rejeté à 82 % l'offre finale et globale du ministère de la Famille. Puis, dans un second vote, ils devaient choisir entre le 25 juin et le 21 septembre pour déclencher une grève générale illimitée. La deuxième option a recueilli 62 % des voix. Finalement, la grève rotative du 1er au 18 septembre a été appuyée dans une proportion de 73 %.

Les responsables des services de garde en milieu familial affiliés à la CSN ont pour leur part entamé jeudi une journée de grève à la grandeur du Québec. Plusieurs manifestations étaient prévues, dont deux au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des rassemblements ont lieu en avant-midi dans l’arrondissement de La Baie et à Saint-Prime.

Au total, 3000 services de garde ont été fermés dans la province pour cette journée spéciale de protestation. Les responsables des services de garde en milieu familial dénoncent les négociations qui durent depuis plus d'un an.

Les membres de la CSN disposent de journées de grève supplémentaires qu'ils déclencheront au moment jugé opportun. Les discussions avec le gouvernement sont toujours en cours.

Rappelons que les éducatrices en milieu familial ont voté pour une grève générale illimitée le 8 mars devant des offres salariales jugées insuffisantes. Les moyens de pression avaient été suspendus en raison de la pandémie de coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !