•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Formation de préposés : des candidats renvoyés à la maison

Les premières personnes dans la file pour entrer dans les locaux de formation, lundi matin.

Les premières personnes dans la file pour entrer dans les locaux de formation, lundi matin, à Québec.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

La rapidité avec laquelle le réseau de la santé a dû mettre en place la formation de préposés aux bénéficiaires fait en sorte que les candidatures étaient conditionnelles. Après deux jours de formation, une aspirante préposée de Québec s’est fait dire de rentrer à la maison.

Mélanie Levasseur a appris mardi qu’en raison de son asthme et d’autres problèmes de santé, elle n’était pas admissible à la formation rémunérée du gouvernement Legault, qui souhaite ajouter 10 000 préposés dans le système de santé québécois.

Je n'aurais jamais donné ma démission si je n'avais pas eu une lettre disant qu’ils sont heureux de m’aviser que je suis acceptée, affirme-t-elle.

Mme Levasseur travaillait dans le domaine de la restauration depuis 28 ans. Elle a laissé son emploi pour répondre à l’appel du premier ministre.

Elle souligne aussi que ses problèmes d’asthme sont chose du passé. J'ai fait une crise j'avais à peu près 14 ans. Depuis, je n'ai jamais utilisé de pompe de façon régulière ou quoi que ce soit.

Mélanie Levasseur porte des lunettes et un chandail sans manches avec des fleurs bleues

Mélanie Levasseur critique le processus d'acceptation des aspirants préposés aux bénéficiaires.

Photo : Radio-Canada

Cependant, les réponses qu’elle a données dans le questionnaire sur la santé, analysé après le début de la formation, ne correspondaient pas aux critères d’admission.

Elle croit que l'analyse aurait dû être faite avant qu'elle soit acceptée.

24 candidats de Québec dans la même situation

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale indique que sur les 528 personnes choisies dans la région pour suivre la formation, 24 ont dû la quitter pour des raisons médicales.

Une possibilité bien connue des candidats, selon le CIUSSS.

Les candidats pouvaient débuter leur formation, mais il était clair que ce privilège pouvait être révoqué si, après vérification, ceux-ci ne satisfaisaient finalement pas aux exigences ministérielles, précise Mathieu Boivin, agent d’information aux relations médias, par courriel.

Considérant le temps alloué pour le traitement des questionnaires médicaux de pré-emploi, notez que d’autres dossiers sont toujours à l’étude et que d’autres candidats pourraient malheureusement devoir céder leur place pour la même raison, ajoute-t-il. 

Plusieurs adultes en classe portant des masques pour leur premier cours après s'être désinfecté les mains.

Des aspirants préposés aux bénéficiaires débutaient la formation accélérée de trois mois lundi.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Le ministère de la Santé admet également par écrit qu’il s’agit d’un contexte regrettable, mais confirme que certains établissements n’ont eu d’autre choix que de procéder ainsi par manque de temps.

Nous rappelons que les CISSS/CIUSSS ont dû examiner des milliers de candidatures en un très court délai, souligne la porte-parole Marie-Claude Lacasse.

Recommandations d'experts

Les critères concernant la santé pour l’admission à la formation de préposés aux bénéficiaires viennent de recommandations d’experts, notamment de l’Institut national de santé publique du Québec.

Ils visent à protéger les personnes qui pourraient être plus à risque de complications ou même de décès si elles contractent la COVID-19.

Même si elle savait que son admission était conditionnelle, Mélanie Levasseur de Québec accepte mal le processus.

C'est un manque de respect. Je trouve ça déplacé de donner la chance et d’accepter quelqu’un pour changer d’idée. Moi, c'était vraiment mon coeur. J'avais trouvé ma place enfin de pouvoir me réaliser et d'être utile à la société et de faire un changement aussi minime soit-il.

Lundi, le Centre de formation professionnelle Fierbourg à Québec accueillait la première cohorte d’aspirants préposés. En septembre, après la formation, ils pourraient déjà commencer à travailler dans un CHSLD de la région.

Les élèves recevront plus de 9210 $ en bourse. Au début juin, le gouvernement a reçu des dizaines de milliers d’inscriptions pour la formation.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !