•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un laboratoire de l’Université Laurentienne produit du désinfectant pour les mains

Un homme avec des gants et un masque manipule des bouteilles de désinfectant.

Des bouteille de désinfectant pour les mains produites à l'Université Laurentienne.

Photo : courtoisie de l'Université Laurentienne

Radio-Canada

Un projet mené par un professeur de l’Université Laurentienne a permis la fabrication de « plusieurs centaines » de bouteilles de désinfectant pour les mains.

Le professeur de chimie Eric Gauthier affirme que l’université a choisi de continuer sa production après avoir fabriqué et fourni du désinfectant aux policiers au début de la pandémie.

Ils ont produit 500 bouteilles supplémentaires de désinfectant pour les mains, y compris l'étiquette sur les bouteilles, au cours des trois derniers mois.

Les contenants d'un litre seront utilisés dans les salles de classe, les amphithéâtres et les couloirs de l'Université Laurentienne.

Ce projet, depuis l'obtention de la licence de Santé Canada jusqu'à l'embouteillage du produit final, n'aurait pas été possible sans la participation d'un groupe de personnes dévouées, a affirmé M. Gauthier.

Le responsable des achats de l'Université Laurentienne, Ray Coutu, dit avoir organisé le projet en voulant exploiter le savoir-faire collectif de la communauté de l’établissement d’enseignement.

La chaîne d'approvisionnement d’équipement de protection est perturbée en ce moment. Pourquoi ne pas faire notre propre équipement dans cette situation? Tout le monde a travaillé ensemble pour atteindre un objectif commun. En ces temps hors du commun, c'est gratifiant, a affirmé M. Coutu.

Ce n'est pas le genre de travail que M. Gauthier a l'habitude de faire. Ça fait changement, c'est moins abstrait, c'est plus concret, donc ça me tient un peu à l'écart de la maison. Ce qui est un changement agréable, de nos jours, se réjouit-il.

La recette est assez simple, explique-t-il, mais obtenir l'alcool isopropylique et la glycérine a été difficile au début.

L’Université Laurentienne dit vouloir continuer à produire du désinfectant pour les mains, tant qu'il y aura des besoins.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !