•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rentrée scolaire sans gymnases au Nouveau-Brunswick?

Le gymnase de l'École du Boisé sert à d'entrepôt.

Le Nouveau-Brunswick a un haut taux d’obésité et de surpoids chez les jeunes très élevé.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Radio-Canada

Les gymnases pourraient être transformés en salle de classe à la rentrée scolaire au Nouveau-Brunswick, ce qui forcerait la tenue des activités physiques à l’extérieur.

Le District scolaire francophone Sud (DSFS) assure que les heures prévues seront maintenues comme à l’habitude.

Ces cours seront donnés par les titulaires de classe et deux possibilités sont envisagées au primaire : de l’activité physique ou des cours d’éducation physique.

Comme les titulaires de classe ne sont pas tous des spécialistes d’éducation physique, certains cours qui seront donnés cet automne risquent de s'apparenter davantage à des séances d'activité physique.

La présidente de l’Association des professionnels en éducation physique du Nouveau-Brunswick s'interroge sur les conséquences de cette décision. On parle ici de santé mentale et de santé physique des enfants. Je pense que c’est ça qui devrait être au centre de ce dont on doit s’inquiéter, dit Joëlle Legresley.

Elle rappelle aussi que ses collègues, spécialistes de mathématique, en français, et en science, ne sont pas formés en éducation physique. Eux aussi vont vivre de l’anxiété.

Un ballon de soccer sur le sol devant un filet

Le Nouveau-Brunswick a un haut taux d’obésité et de surpoids chez les jeunes très élevé.

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, le Conseil de la santé croit que les écoles sont bien conscientes de l’importance de faire bouger les jeunes. Il a plusieurs années que les écoles et les districts scolaires se penchent sur la question de l’activité physique chez les jeunes , affirme Stéphane Robichaud, directeur général du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick.

Ce dernier ajoute que le conseil n’est pas préoccupé par les changements à court terme que force la pandémie.

Équipes sportives

Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance dit examiner actuellement des possibilités ayant trait aux équipes sportives pour l’année scolaire 2020-2021.

Ce travail s’effectue en collaboration avec les districts scolaires.

L’inquiétude demeure toutefois présente pour plusieurs, notamment pour Luc Arseneau, directeur général des Jeux de l’Acadie. On sera un peu à la merci des districts scolaires pour les gymnases, explique-t-il.

Des jeunes jouent. Une joueuse s'apprête à tirer le ballon en sautant.

Des jeunes s'affrontent au mini-handball aux Jeux de l'Acadie (archives).

Photo : Radio-Canada

Le directeur ne sait pas encore ce qui en sera pour l’accès au gymnase pour les sports comme le badminton ou le volleyball. On est en attente... on va respecter ce que les ministères vont nous donner, conclut-il.

Le niveau d’activité physique des enfants

L’inactivité des jeunes a été très forte pendant la pandémie.

Les directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pendant le confinement étaient de bouger une heure par jour à une intensité moyenne ou élevée, de passer un maximum de deux heures par jour devant un écran de façon récréative et de dormir de 8 à 11 heures par nuit (selon les âges).

Dans le pays, seulement 4,8 % des enfants de 5 à 11 ans et 0,8 % des jeunes de 12 à 17 ans ont respecté ces directives de confinement. Ce taux était de 15 % avant cette période.

Moins de 20 % des enfants et des jeunes Canadiens respectent les trois recommandations des directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 h.

Quelque 39 % des jeunes Canadiens âgés de 5 à 17 ans respectent la recommandation d’activité physique, soit une heure par jour à intensité moyenne ou élevée.

La proportion des enfants et des jeunes au Nouveau-Brunswick (32 %) qui atteignent cet objectif est considérablement inférieure à la moyenne nationale.

Avec les informations de Wildinette Paul et de Margaud Castadère-Ayçoberry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation