•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Journée nationale des peuples autochtones virtuelle sous le signe de la générosité

Des adolescentes en tenue traditionnelle sur la pelouse du parc.

La Coalition autochtone d'Ottawa espère recueillir des dons pour les organismes autochtones de la capitale, puisque la pandémie les a durement touchés (archives).

Photo : Getty Images / Paul McKinnon

Plutôt que d’annuler ses plans pour la Journée nationale des peuples autochtones, un regroupement d’organismes inuit, métis et des Premières Nations d’Ottawa a décidé de migrer vers le web pour célébrer, mais aussi pour venir en aide aux membres des communautés les plus durement touchées par la pandémie de COVID-19.

La Coalition autochtone d’Ottawa (CAO) [Ottawa Aboriginal Coalition, NDLR], qui représente 11 organismes communautaires autochtones de divers horizons dans la capitale fédérale, organise trois événements en ligne en marge et à l’occasion de la Journée.

Parmi ces initiatives, on compte une journée de générosité, prévue le vendredi 19 juin. La CAO encourage les Ottaviens — autochtones ou non — à faire un don aux organismes membre de la Coalition, qui ont été durement frappés par la pandémie de COVID-19.

Les organismes que nous représentons nous disent avoir observé une augmentation de la demande pour des services en santé mentale et plus d'appels de gens de la communauté qui sont en détresse, et c'est lié à la COVID-19, soutient Jenna Spagnoli, porte-parole de la CAO.

L'enseigne de l'organisme tungasuvvingat inuit devant un bâtiment à Ottawa.

Tungasuvvingat Inuit offre divers services aux Inuit d'Ottawa et fait partie de la Coalition autochtone d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Émilien Juteau

Les organismes de services autochtones ont rapporté une augmentation significative de la demande pour du soutien en matière de logement, d’itinérance, d’aide alimentaire (particulièrement en raison de la fermeture de programmes qui fournissent habituellement des repas) [et] de sécurité personnelle (dont l’accès à des espaces pour de l’isolement sécuritaire), peut-on lire dans un rapport de Santé publique Ottawa (SPO) déposé auprès du Comité de santé de la ville plus tôt cette semaine.

Les personnes autochtones sont constamment identifiées comme étant une population affectée de manière disproportionnée par les inégalités sociales et sanitaires. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les leaders autochtones en milieu urbain ont remarqué l’amplification de ces inégalités.

Extrait du rapport de Santé publique Ottawa

D’où vient la Journée nationale des peuples autochtones ?

La Journée nationale des peuples autochtones a vu le jour en 1996, au terme de consultations auprès de plusieurs groupes autochtones. La demande pour la création d’une telle journée remonte à bien avant 1996.

Dès 1982, la Fraternité des Indiens du Canada (l’ancêtre de l’Assemblée des Premières Nations) avait demandé l’établissement de la Journée nationale de la solidarité autochtone. Treize ans plus tard, l’Assemblée spirituelle — une organisation regroupant des Autochtones et des non Autochtones — y est allée d’une proposition similaire.

La même année, la Commission royale sur les peuples autochtones, mise sur pied dans la foulée de la crise d’Oka, a recommandé la création d’une journée nationale des Premiers Peuples.

Chasse au trésor et entrevues

La CAO voulait aussi organiser quelque chose à caractère un peu plus ludique, malgré le contexte plus sérieux dans lequel se déroule la Journée nationale des peuples autochtones cette année.

Elle a notamment décidé de lancer, le 12 juin dernier, une chasse au trésor sur les réseaux sociaux, laquelle se terminera le dimanche 21 juin. Les participants, qui se disputent amicalement quelques prix, doivent soumettre chaque jour des publications créatives portant sur divers thèmes, comme la culture, l’environnement, la nourriture traditionnelle ou la musique.

Le but de la chasse au trésor, c'est de remonter le moral des membres de notre communauté, ajoute Mme Spagnoli. Pendant ces temps difficiles, les gens doivent rester confinés à la maison, c'est une bonne façon pour eux de s'impliquer dans la communauté, même si on ne peut le faire physiquement.

La CAO a aussi voulu mettre en valeur le leadership de certains acteurs des communautés autochtones d’Ottawa à travers une série de capsules vidéo qui seront mises en ligne d’ici dimanche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Engagement communautaire